×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Liban: Karamé chargé de former un nouveau gouvernement

Par L'Economiste | Edition N°:1976 Le 11/03/2005 | Partager

. Reconduit, le Premier ministre sortant appelle à un gouvernement de salut national, sinon il se désisteraLE chef de l’Etat Emile Lahoud a reconduit, le 10 mars, le Premier ministre démissionnaire prosyrien, Omar Karamé, au grand dam de l’opposition. En même temps, la Syrie accélérait le repli de ses troupes vers l’est du Liban, à la veille de la visite de l’envoyé spécial de l’ONU.Karamé a annoncé son intention de former un “gouvernement de salut national” en avertissant qu’il se désistera si l’opposition antisyrienne refuse d’y participer. “Un gouvernement d’union ou de salut national est l’unique moyen de sauver le pays et de surmonter les difficultés”, a déclaré Karamé à la presse, après avoir été chargé de former un nouveau cabinet.“Que chacun assume sa responsabilité. Si un gouvernement d’union nationale n’est pas formé, si je constitue un obstacle, je me désiste immédiatement, car c’est l’unique voie de salut pour le pays et celui qui obstrue (sa formation) ou refuse (d’y participer) assume la responsabilité de la destruction du pays”, a averti M. Karamé.”Je vais établir à partir de lundi des contacts avec l’opposition” antisyrienne, a-t-il dit.L’opposition n’a pas tardé à réagir, estimant qu’il n’était pas habilité à diriger un tel gouvernement car il appartient à un camp, celui des prosyriens.Karamé avait démissionné le 28 février sous le feu roulant de critiques de l’opposition et des manifestations de rue.Au troisième jour du repli militaire syrien du Liban, des soldats parachevaient leur retrait du nord du pays vers la Syrie, alors que ceux stationnés dans la montagne près de Beyrouth se repliaient vers l’est.L’accélération intervient à la veille de la venue à Beyrouth et à Damas de l’envoyé spécial de l’ONU Terje Roed-Larsen, chargé de l’application de la résolution 1559 du Conseil de sécurité, prévoyant un retrait total des troupes étrangères du Liban. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc