×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'euro touche un nouveau record face au billet vert

Par L'Economiste | Edition N°:2656 Le 21/11/2007 | Partager

. La crise des subprimes et une probable intervention du Fed alimentent la hausse L’euro a établi hier un nouveau record historique face au billet vert. La devise américaine étant toujours affaiblie par des inquiétudes sur la santé de son économie américaine. En plus, une rumeur court sur une possible intervention en urgence de la Fed. L’euro a grimpé jusqu’à 1,4766 dollar dépassant ainsi son précédent sommet de 1,4752 dollar, qui datait du 9 novembre. Selon des cambistes, le dollar a continué à souffrir des craintes d’une propagation de la crise des crédits hypothécaires risqués aux Etats-Unis. Ils sont plus connus par les «subprimes». Ils pourraient notamment provoquer une nouvelle série de pertes d’ampleur au sein du secteur bancaire. «Les marchés ont été très sensibles à une série de mauvaises nouvelles en provenance des Etats-Unis, qui a incité les investisseurs à éviter le risque et, au contraire, à couvrir leurs positions», a expliqué Hideaki Inoue, stratégiste chez Mitsubishi UFJ Trust and Banking. Les analystes de Goldman Sachs ont recommandé aux investisseurs de vendre les actions de Citigroup. Ils estiment que la première banque mondiale pourrait encore accuser 15 milliards de dollars de dépréciations supplémentaires au cours des deux prochains trimestres sur ses crédits à risques. Ils ont également abaissé leur recommandation sur Lowe’s, numéro deux américain des magasins de bricolage et d’aménagement intérieur. Ils considèrent que «le marché du logement risquait de se détériorer encore et faisant ainsi craindre un ralentissement de la consommation». Par ailleurs, certains opérateurs ont dit qu’une rumeur circulait sur les marchés, selon laquelle la Réserve fédérale américaine (banque centrale, Fed) pourrait tenir une réunion d’urgence. Mitul Kotecha, stratégiste à la banque Calyon, a estimé qu’aucun élément concret ne permettait d’étayer cette rumeur. Mais celle-ci a cependant pu contribuer à nourrir les craintes quant à la santé de l’économie américaine. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc