×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Proche-Orient
Concertation des pays arabes sur le sommet d’Annapolis

Par L'Economiste | Edition N°:2656 Le 21/11/2007 | Partager

. Une réunion ministérielle prévue jeudi et vendredi au CaireLES pays arabes se réunissent, jeudi et vendredi au Caire, pour décider de leur participation à la réunion internationale sur le Proche-Orient prévue à Annapolis, aux Etats-Unis, fin novembre, a-t-on appris mardi auprès de la Ligue arabe. La rencontre réunira les représentants de la Ligue arabe et de treize pays: Maroc, Jordanie, Bahreïn, Arabie saoudite, Syrie, Palestine, Liban, Egypte, Yémen, Qatar, Tunisie, Algérie et Soudan. Les ministres tiendront une réunion de consultations jeudi soir, suivie vendredi matin d’une réunion extraordinaire dirigée par le chef de la diplomatie saoudienne, Saoud al-Fayçal. «La question principale à l’ordre du jour sera de décider si la participation arabe à Annapolis se fera par une décision commune ou par une décision séparée propre à chaque pays». Le président palestinien Mahmoud Abbas participera à la réunion vendredi et sa délégation présentera «un rapport détaillé sur les résultats des entretiens palestino-israéliens poursuivis dernièrement». Les pays présents à la réunion sont les membres du comité chargé d’activer l’initiative de paix arabe d’inspiration saoudienne relancée en mars dernier lors d’un sommet à Ryad. Ce plan prévoit une normalisation des relations entre les pays arabes et Israël en échange du retrait israélien des territoires arabes occupés depuis juin 1967, la création d’un Etat palestinien avec Jérusalem-est pour capitale et un règlement «équitable et agréé» de la question des réfugiés palestiniens. Israël l’a rejetée dans sa forme actuelle en raison de la mention faite au droit au retour des réfugiés palestiniens. La réunion d’Annapolis aura pour but de relancer les négociations israélo-palestiniennes pour parvenir à un accord sur la création d’un Etat palestinien. A quelques jours de la réunion d’Annapolis, Le ministre israélien de la Défense Ehud Barak a annoncé mardi la poursuite de la construction de logements dans les colonies existantes. Il n’est pas possible d’un point de vue légal d’arrêter les projets en cours de construction depuis des années», a affirmé Barak. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc