×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'étau se resserre sur la Syrie

Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

Le rapport de la commission d’enquête de l’Onu sur l’assassinat de Rafik Hariri, rendu public jeudi dernier, ne cesse d’exacerber les tensions entre la Syrie et le Liban. Quoique les présidents respectifs, Bachar Al Assad et Emile Lahoud aient démenti toute implication dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre Hariri, tué le 14 février dernier à Beyrouth. La Syrie interprète le rapport Mehlis comme une “déclaration politique contre la Syrie”. Lahoud a été directement cité dans le document. Il aurait reçu un appel téléphonique d’un suspect quelques minutes avant l’explosion qui a coûté la vie à Hariri. Ledit suspect, Mahmoud Abdel-Al, a été interpellé samedi matin par les forces de sécurité libanaises agissant au nom d’un mandat du procureur général du Liban.Hier dimanche, la presse officielle syrienne a violemment critiqué Saad Hariri, député et fils du Premier ministre assassiné. Elle lui reproche de s’être félicité du rapport de ladite commission. Celui-ci s’était exprimé samedi pour demander à ce que “les coupables soient jugés devant un tribunal international”. “Ses propos ressemblent aux positions du gouvernement américain”, écrit Al-Baas, le journal du parti au pouvoir.Le rapport, dirigé par le magistrat allemand, Detlev Mehlis, affirme “qu’il y a des preuves convergentes montrant à la fois l’implication libanaise et syrienne dans cet acte terroriste” et met en cause “des responsables de haut niveau de la sécurité syrienne”.Pendant ce temps, le chef druze libanais, Walid Joumblatt a exhorté le président syrien Bachar Al Assad à “coopérer pour établir la vérité”. “Si cela s’avère nécessaire, il est souhaitable de recourir à un tribunal international parrainé par les Nations unies et à l’abri de toute influence politique” pour juger les coupables, a ajouté le chef druze. Joumblatt est le chef du parti socialiste progressiste (PSP) et pilier de la majorité parlementaire issue des élections de mai-juin.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc