×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    Des émeutes en Alexandrie

    Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

    Marginalisation politique, discrimination dans l’accès aux fonctions publiques et restrictions sur la construction des églises: les Coptes, qui dressent une longue liste de plaintes, ont affiché ouvertement leur déception après les manifestations qui ont éclaté contre eux vendredi dernier à Alexandrie, deuxième ville d’Egypte.Plusieurs milliers de musulmans ont manifesté dans cette ville méditerranéenne lançant des pierres contre des églises, saccageant des magasins et mettant le feu à des voitures appartenant à des Coptes.Les manifestants protestaient contre une pièce de théâtre attribuée à l’église Saint-Georges à Moharem Bek et jugée blasphématoire pour l’islam. Ils réclamaient des excuses au patriarche copte orthodoxe, Chenouda III.Ramzi Abdel Nessim, du patriarcat copte d’Alexandrie, a démenti toute tentative de provoquer les musulmans en mettant en circulation le DVD. “La pièce a été présentée une seule fois il y a deux ans et nous ne savons pas qui a distribué le DVD ni comment il a été filmé”, a-t-il dit à l’AFP.Loin d’accéder à cette demande, Chenouda III a par contre protesté contre “les reproches adressés aux Coptes sur la seule base de rumeurs” infondées.Il s’est élevé, dans un communiqué publié samedi, contre “le siège imposé par les manifestants à l’église et les slogans hostiles” aux Coptes.Faisant allusion aux jeux électoraux qui pourraient se profiler derrière ces manifestations qui interviennent quelques semaines avant les législatives, il a exprimé l’espoir que ces incidents “ne soient pas exploités lors des prochaines élections”.Plusieurs personnalités coptes, dont le député du parti Al-Wafd libéral, Mounir Fakhri Abdel Nour, se demandent “pourquoi ces manifestations ont éclaté en ce moment et dans la circonscription de Ghorbal (à Alexandrie) où se trouve un important électorat copte” et où se présente un des rares candidats coptes à travers le pays, Maher Khellah, face à un candidat des Frères musulmans.Selon l’écrivain copte, Samir Mourcos, “le problème est beaucoup plus compliqué qu’une pièce de théâtre controversée”.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc