×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Banque du Canada prévoit une croissance modérée

Par L'Economiste | Edition N°:2136 Le 24/10/2005 | Partager

. Des réformes monétaires envisagéesLA Banque du Canada a révisé à la hausse sa prévision de croissance pour l’année en cours, mais a revu à la baisse son scénario pour 2006, selon la «Mise à jour» du rapport sur la politique monétaire publiée jeudi 20 octobre. L’établissement mise actuellement sur une croissance de 2,8% cette année et de 2,9% en 2006, alors qu’en juillet dernier la banque tablait sur une croissance de 2,7% pour l’année en cours et 3,3% pour l’année suivante. Lors de la première moitié de l’année, le PIB a progressé de 2,7%, un résultat supérieur aux prévisions de la banque centrale qui évaluait une économie canadienne tournant «près des limites de sa capacité». Mardi 18 octobre, la banque centrale canadienne a haussé son taux directeur d’un quart de point pour la deuxième fois depuis septembre, une tendance qui devrait se poursuivre à court terme, a-t-elle laissé entendre. Fixé mardi à 3%, le taux directeur sera à nouveau évalué début décembre et fin janvier. Tenant compte d’une économie qui «semble maintenant fonctionner aux limites de sa capacité», la Banque du Canada estime «qu’il faudra encore réduire le degré de détente monétaire afin de maintenir l’équilibre entre l’offre et la demande globales au cours des quatre à six prochains trimestres et de garder l’inflation au taux cible». La hausse progressive du taux directeur permettrait de contenir l’indice de référence de l’inflation à 2% vers la fin de 2006, alors qu’il se chiffre actuellement à 1,6% selon ses évaluations. Toutefois, l’inflation mesurée par l’indice des prix à la consommation devrait avoisiner 3% jusqu’à mi-2006, avant de redescendre à 2%, a précisé l’établissement. La poussée récente du dollar canadien, dont la valeur devrait encore osciller entre 84 et 86 cents US, fera fléchir les exportations, avertit la banque centrale.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc