×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 186.066 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 230.556 articles (chiffres relevés le 28/5 sur google analytics)
International

Les technologies propres au menu d’une réunion du G8

Par L'Economiste | Edition N°:2142 Le 01/11/2005 | Partager

. La Chine, premier pollueur mondial vers 2030Les ministres de l’Energie et de l’Environnement du G8 et des grands pays émergents planchent les 31 octobre et 1er novembre à Londres sur les technologies énergétiques «propres», dont le déploiement est jugé indispensable pour combattre le changement climatique.La réunion, informelle et à huis clos, doit être clôturée par le Premier ministre britannique Tony Blair. Annoncée début juillet au sommet du G8 en Ecosse, elle constitue le lancement formel du Dialogue sur le lien énergie-climat proposé à cette occasion aux poids lourds du Sud.Elle rassemblera les pays ayant les plus gros besoins en énergie dans les 30-40 ans: G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, Royaume-Uni, Russie), Australie, Espagne, Pologne, et émergents (Chine, Inde, Brésil, Afrique du Sud, Corée du Sud, Indonésie, Mexique, Iran, Nigeria). Seul l’Iran pourrait être absent.La rencontre aura pour arrière-plan la flambée du pétrole et le boom économique de la Chine et l’Inde, qui risquent d’entraîner une envolée incontrôlable des émissions de dioxyde de carbone (CO2).Les rejets de gaz à effet de serre, CO2 notamment, sont majoritairement dus à l’usage des énergies fossiles, la plus polluante étant le charbon devant le pétrole et le gaz.Selon les projections de l’Agence internationale de l’énergie, qui participera aux discussions avec 7 autres organisations internationales, Chine et Inde pourraient dépasser vers 2015 le niveau de CO2 des Etats-Unis. La Chine, à elle seule, pourrait surpasser le premier pollueur mondial vers 2030.«Les centrales au charbon des pays en développement pourraient produire d’ici 2030 plus d’émissions de CO2 que la totalité des centrales électriques actuelles des pays industriels», observait en mars la ministre britannique de l’Environnement, Margaret Beckett, qui présidera la réunion avec son collègue de l’Industrie, Alan Johnson.L’intervention de Blair focalisera l’intérêt, à l’approche d’une conférence de l’ONU fin novembre à Montréal où l’avenir des négociations climatiques après 2012 doit être discuté pour la première fois. 2012 marque l’expiration du protocole de Kyoto, qui impose à cette échéance aux pays industriels des réductions de gaz carbonique et d’autres gaz réchauffant l’atmosphère.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc