×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

OMC/Lamy: La proposition de l’UE sur l’agriculture est «sérieuse»

Par L'Economiste | Edition N°:2142 Le 01/11/2005 | Partager

. La nouvelle offre diminue en moyenne de 46% les tarifs imposés aux importationsLe directeur général de l’OMC, Pascal Lamy, a affirmé dimanche 30 octobre que le commissaire européen au Commerce, Peter Mandelson, avait proposé vendredi une «offre sérieuse qui mérite une discussion sérieuse», en matière de réduction des tarifs imposés aux importations agricoles.Interrogé au Grand Jury-Le Figaro-LCI sur cette nouvelle proposition afin de parvenir à un accord lors de la réunion ministérielle de l’OMC à Hong Kong en décembre, Lamy a estimé que cette «avancée» pouvait se «comparer à ce que les Américains ont dit qu’ils étaient prêts à faire» en matière de subventions à leur agriculture.La nouvelle offre de l’UE diminue en moyenne de 46% les tarifs imposés aux importations de produits agricoles, contre une fourchette de 20 à 50% dans son offre précédente. Les Etats-Unis ainsi que le Canada et l’Australie se sont aussitôt déclarés «déçus» par ces propositions européennes.Lamy a refusé de commenter la menace de veto française à un éventuel accord à Hong Kong au nom du «respect intégral de la politique agricole commune» (PAC). Mais il a affirmé que les Européens avaient une «marge de manoeuvre sans remettre en cause la PAC».Le DG, qui est français, a estimé que la France était «préoccupée, voire obsédée par l’agriculture». «L’agricutlure est une des 15 pièces du puzzle, il y en a 14 autres. Elle est importante mais ne restons pas fixés dessus», a-t-il ajouté.Il a souligné que l’agriculture ne représentait que 10% du commerce mondial, les 90% restant étant constitués notamment par les produits manufacturés et les services.Mais il a reconnu la nécessité de «dégeler l’agriculture pour dégeler le reste de la négociation». «Si ça ne passe pas» à Hong Kong, c’est une «mauvaise nouvelle pour le commerce mondial et le développement», a-t-il insisté.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc