×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Les spéculateurs en ligne de mire

    Par L'Economiste | Edition N°:3231 Le 12/03/2010 | Partager

    . Ils sont mis en cause dans la crise que traverse la Grèce . Le sujet à l’ordre du jour du G20 en juin L’Allemagne, la France, la Grèce et le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, vont demander à la Commission européenne d’élaborer des mesures contre les spéculateurs. «L’Allemagne, la France, la Grèce et Juncker vont envoyer une lettre commune au président de la Commission européenne José Manuel Barroso pour que l’UE, qui est l’organe compétent, puisse élaborer des propositions adéquates, visant à des mesures très précises contre les spéculateurs», a déclaré Dimitris Droutsas, ministre grec des Affaires étrangères, depuis Washington.Il a également expliqué que cette lettre était «un premier pas» à l’initiative prise lundi dernier par la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Nicolas Sarkozy et Juncker, qui travaillent sur des propositions pour encadrer la spéculation sur les produits dérivés financiers, notamment les «credit default swaps» (DCS). Ces derniers sont mis en cause dans la crise que traverse actuellement la Grèce fortement endettée, ce qui a conduit plusieurs pays à se prononcer ces dernières semaines pour une meilleure régulation de ce marché très opaque. Droutsas avec le ministre des Finances, Georges Papaconstantinou, ont accompagné le Premier ministre grec Georges Papandréou à Berlin, Luxembourg, Paris et Washington du 5 au 9 mars lors d’une tournée destinée à informer ces pays de l’impact des spéculateurs dans la dérive des finances grecques.A cette occasion, Papandréou a demandé mardi dernier au président américain Barack Obama des actes contre les spéculateurs accusés d’avoir contribué à enfoncer son pays dans la crise financière. Puisque certaines grandes banques américaines comme Goldman Sachs sont soupçonnées par les responsables européens de parier contre la Grèce sur les marchés.«Nous avons trouvé une réponse positive de la part du président Obama, ce qui veut dire que ce sujet sera à l’ordre du jour de la prochaine réunion du G20 qui doit se réunir fin juin à Toronto», a déclaré Papandréou. Et d’ajouter: «si la crise européenne métastase, cela créerait une nouvelle crise financière globale avec des implications aussi graves que la crise d’origine américaine d’il y a 2 ans».Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc