×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Les primés des Intégrales de l’investissement
L’APC à fond dans le développement durable

Par L'Economiste | Edition N°:2177 Le 22/12/2005 | Partager

. L’association des cimentiers distinguée pour les fonds d’investissement. 700 millions de DH pour l’environnement de 1997 à 2003. Charte de développement durable signée en 2004HUIT ans de boulot qui ont fini par payer! L’Association professionnelle des cimentiers (APC) s’est distinguée lors des dernières Intégrales de l’investissement, organisées les 1er et 2 décembre 2005 à Skhirat pour sa volonté de marier développement économique et préservation de l’environnement (cf. nos nombreux articles sur le sujet. www.leconomiste.com).C’est Mohamed Chaïbi, président de l’APC, qui a reçu des mains du Premier ministre, Driss Jettou, le prix pour la mise en place de fonds d’investissement dédiés à des objectifs de développement durable. Une récompense attribuée, par ailleurs, grâce aux bons résultats du secteur sur l’application de la convention de partenariat pour la protection de l’environnement. Ce pacte, qui valait pour 6 ans, a été scrupuleusement respecté par les grands noms du ciment et leur a permis de mettre à niveau un certain nombre de leurs sites de production (www.leconomiste.com). Près de 700 millions de dirhams ont été fournis par les cimentiers, indique Ahmad Bouhaouli, directeur délégué de l’APC, pour, notamment, la pose de filtres à manche ou de dispositifs de réduction des émissions. A noter que la démarche, à l’époque, était purement volontaire puisque de 1993 à 2003 aucune loi de protection environnementale n’existait. L’APC s’est mise d’accord à la fin des années 90 avec le département de l’Environnement sur des projets de normes et de paramètres à respecter, explique Bouhaouli. Un bel exemple de partenariat win-win institutionnel/professionnel. Et qui pourrait être dupliqué à d’autres secteurs, pourquoi pas…Chaque cimentier a ainsi consacré, de manière systématique, près de 15% de son budget, dédiés à la protection environnementale, indique Bouhaouli. Et pour l’avenir? 8 milliards seront investis sur une période allant de 2004 à 2008, et ce, afin de porter la production nationale à 5,5 millions de tonnes, explique-t-on du côté des professionnels. Signalons que l’APC possède, depuis 2004, sa «charte de développement durable de l’industrie cimentière marocaine» au sein du World business council for sustainable developement (WBCSD). Et à laquelle sont rattachés les principaux noms du secteur. «Un engagement commun qui a permis aux entreprises de faire face, ensemble, aux défis majeurs de notre activité», explique Bouhaouli. Changements climatiques et valorisation des déchets en cimenterie, notamment, sont concernés. L’objectif affiché par l’APC est, bien évidemment, d’accroître la contribution du secteur au développement durable. Et de mieux faire comprendre aux différents partenaires l’importance de cette contribution. Ainsi, la charte comprend la convention signée en juin 1997 avec le ministère de l’Environnement, la mise en place de modules d’information et de sensibilisation à l’environnement sous le nom MISE, et les diverses actions individuelles des entreprises qui ont aussi valu à deux entreprises de la place (voir encadré) un prix individuel pour leur engagement vis-à-vis d’un développement économique qui ne nuirait pas aux générations futures.


Deux prix individuels

LAFARGE et Holcim ont été tous deux récompensés pour leurs initiatives dans le développement durable. Les projets qui ont été reconnus par le jury portent, notamment, sur l’usine Tétouan 2 (opérationnelle depuis 2005) pour Lafarge et la création future d’un Géo parc (situé dans l’Atlas) pour Holcim.Lafarge a ainsi reçu une distinction pour son parc éolien de 10 MW à Tétouan. Celui-ci devrait couvrir 50% de sa consommation électrique et éviter l’émission de 30.000 tonnes de gaz à effet de serre (par la non-utilisation de combustibles fossiles particulièrement polluants), selon le cimentier. Autre point à mettre en exergue: le groupe a redéployé les agents de l’ancienne usine de Tétouan sur le nouveau site. Et aidé financièrement des ex-employés à créer leur petite entreprise dans le domaine agricole ou commercial (www.leconomiste.com). Holcim, lui, se distingue pour ses projets qui ont davantage trait à la conservation du patrimoine naturel. Le groupe a appuyé la création d’un Géo parc à Beni Mellal, dans le massif M’Goun, où l’on a découvert récemment des traces de dinosaures. Des conventions avec le ministère de l’Energie et des Mines ainsi que la région et les communes ont été signées récemment. Le terrain, lui, a été fourni par la wilaya, indique le management. Le site devrait être rendu accessible au public au début du second trimestre 2006.Céline PERROTEY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc