×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Les nouveaux enjeux de l’oléiculture

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

. La certification de la production de l’huile s’impose. Le Maroc importe annuellement 330.000 tonnes d’huile végétale alimentaire. Variétés, qualité, traçabilité… la relance L’olivier constitue la principale espèce fruitière cultivée au Maroc avec 590.000 hectares, soit plus de 50% de superficie arboricole nationale. Sa culture joue un rôle socioéconomique primordial dans diverses zones agricoles. C’est ce qui ressort d’une rencontre organisée dernièrement à Meknès sur la «filière oléicole marocaine et les enjeux de la certification de la production d’huile» par le Rotary Club de Meknès Volubilis en partenariat avec l’agro-pôle olivier Meknès et l’Université Al Akhawayne(1). Pour Noureddine Ouazzani, responsable de l’agro-pôle, le secteur de l’olivier permet de générer 15 millions de journées de travail, soit l’équivalent de 55.000 postes permanents. Outre l’offre d’emplois, le secteur garantit l’approvisionnement des unités de trituration. Mais malgré l’importance de ces éléments, la production nationale moyenne -50.000 tonnes d’huile d’olive et 60.000 t d’olives de table- ne reflète pas les potentialités oléicoles des diverses régions oléicoles. En effet, la production nationale reste encore très modeste en comparaison avec la production d’huile d’olive enregistrée dans certains pays voisins (Espagne: 1,7 million de tonnes en 2003; Tunisie: 148.000 t pour 1,7 million ha; Syrie: 160.000 t pour 560.000 ha). A noter que le développement des zones oléicoles spécialisées a été le point fort des principaux pays oléicoles méditerranéens. D’autre part, le Maroc importe annuellement 330.000 tonnes d’huile végétale alimentaire. Il débourse ainsi 2 milliards de DH. Cette somme est parfois revue à la hausse -selon la production des oliviers- avec l’adjonction du montant consacré à l’huile d’olive pour les besoins nationaux, voire des olives pour les conserveries. Côté consommation, le volume d’huile d’olive utilisé au Maroc par habitant est très modeste. Il est inférieur à 1 kg/habitant alors qu’en Espagne, il est à 10 kg, Italie 11 kg et Grèce 24 kg. Sur ce point, les réseaux de commercialisation devront s’activer davantage. En tout cas, «ces données traduisent bien les opportunités d’investissement dans la production de l’huile d’olive de qualité pour le marché local et/ou international. D’autant plus que certaines régions au Maroc comme Meknès, présentent tous les atouts pour en faire un secteur dynamique de développement économique et social», indique Ouazzani. Et d’ajouter par ailleurs qu’une production de qualité prend de plus en plus d’importance avec une tendance à protéger l’origine géographique des «input». De fait, les règlements actuels offrent à l’huile la possibilité de se voir octroyer l’appellation d’origine contrôlée (AOC). Par ailleurs, la certification de la production d’huile d’olive serait d’un grand apport. Le secteur est donc appelé à relever le défi pour une oléiculture moderne, compétitive et durable, afin de répondre aux importants programmes de plantation.   Pour la diversification de l’assortiment, qui était un des objectifs du plan oléicole national, les résultats des travaux de sélection et d’étude de comportement des variétés étrangères ont permis de mettre à la disposition du secteur de nouvelles variétés aux performances agronomiques intéressantes. Certaines espèces sont d’ailleurs déjà inscrites, depuis 2001, au catalogue des variétés d’oliviers à développer au Maroc. Enfin, l’accent doit être mis aussi sur les nouvelles techniques: variétés, mode de conduite, qualité de l’huile d’olive, traçabilité, label, organisation des petits agriculteurs, approche filière, encadrement  etc. Ces spécificités forment les enjeux actuels pour une production compétitive sur le plan quantitatif et qualitatif.


5.000 tonnes par jour

A Meknès, le secteur industriel de l’huile d’olive a enregistré un développement important et une modernisation des installations. Actuellement, la capacité de trituration de la capitale ismaïlienne est évaluée à 5.000 tonnes par jour. Ces unités utilisent les derniers acquis et innovation de technologie de trituration de l’huile d’olive. Donc, le problème se pose en termes de manque de production d’olives à triturer, qui doit passer par la valorisation de l’existant et le développement de nouvelles plantations.De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI--------------------------------------------------------------------------------------------------(1) Au cours de la manifestation qui s’est déroulée les 17 et 18 février, un dîner de dégustation et de présentation des huiles d’olive de la région de Meknès, produites par les membres de l’Udom, a été organisé par l’Association Udom (Union pour le développement de l’olivier de Meknès). Cette présentation a concerné les huiles extravierges de Aïcha des Conserves de Meknès, Volubilia de la société Olivinvest, qui a eu le prix de la meilleure huile extravierge de l’année à Rome en décembre 2005.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc