×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Les membres de l'APEC divisés sur la question du Timor oriental

    Par L'Economiste | Edition N°:593 Le 13/09/1999 | Partager

    · Les Etats-Unis exigent des pays asiatiques qu'ils poursuivent leurs réformes structurelles

    La réunion annuelle des ministres du Forum de coopération Asie-Pacifique (APEC) à Auckland (en Nouvelle-Zélande) s'est achevée hier jeudi 9 septembre.
    Ce forum est constitué de 21 membres dont plus de la moitié sont asiatiques. A l'ordre du jour de cette réunion figurait notamment les discussions sur le commerce et le libre-échange. Mais en marge du sommet a eu lieu une "réunion spéciale" destinée à résoudre le problème survenu au Timor oriental au cours de ces derniers jours. Les participants ont également discuté du dossier concernant l'adhésion de la Chine à l'OMC.
    Pour ce qui est du Timor oriental, les 20 pays réunis à Auckland se sont contentés de lancer un nouvel appel à l'Indonésie pour restaurer la sécurité, laissant aux Nations Unies la question de l'envoi d'une force multinationale. Les participants n'ont pas lancé d'appel direct à Jakarta pour accepter rapidement le déploiement d'une force internationale au Timor oriental. D'ailleurs, il n'y a pas eu d'accord unanime parmi les participants sur le déploiement de la force internationale si Jakarta persistait dans son refus. Après la "réunion spéciale", l'APEC est revenu sur les questions traditionnelles sur le commerce.

    La secrétaire d'Etat américaine Madeleine Albright a demandé aux participants de ne pas être complaisants face à l'embellie économique de la région. Elle les a exhortés à poursuivre leurs réformes structurelles engagées après la crise de 1997.
    Washington a récemment accru ses pressions sur plusieurs pays, en particulier la Thaïlande, l'Indonésie et la Corée du Sud, pour qu'ils renforcent la restructuration de leur secteur bancaire, améliorent la transparence financière et la lutte contre la corruption.
    Mme Albright a par ailleurs pressé les 21 membres de l'APEC à mettre tout leur poids pour réussir le prochain cycle de négociations commerciales unilatérales qui devrait débuter lors de la conférence ministérielle de l'OMC à Seattle.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc