×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie Internationale

    Les négociations avec la Palestine confiées à David Lévy

    Par L'Economiste | Edition N°:593 Le 13/09/1999 | Partager

    · Suivant ses engagements, Barak compte empêcher la construction d'un nouveau quartier juif à Jérusalem-Est

    Le Premier ministre israélien Ehud Barak s'est engagé auprès des Etats-Unis à empêcher la construction d'un nouveau quartier juif à Ras El-Amoud à Jérusalem-Est, selon une radio militaire.
    M. Barak avait pris cet engagement lors de sa visite aux Etats-Unis début juillet et de ses entretiens avec le secrétaire d'Etat américain Madeleine Albright lors de sa visite au Proche-Orient.
    Des colons israéliens projettent de construire 133 logements avec un jardin d'enfants, un centre commercial et une synagogue sur un terrain de 1,5 hectare acquis par un riche entrepreneur juif américain, Irving Moskowitz, considéré comme le financier des colons ultranationalistes.
    Pour honorer ses engagements, le chef du gouvernement peut soit recourir à l'expropriation du terrain, quitte à rembourser M. Moskowitz, soit geler tout le projet. Il aura alors comme prétexte qu'il risque "de troubler l'ordre public".
    D'ailleurs, les Palestiniens se sont vivement érigés contre cette construction, la qualifiant de "provocation".

    D'un autre côté, M. Barak a chargé mercredi le chef de la diplomatie M. David Lévy de mener la suite des négociations avec les Palestiniens sur le statut final des territoires occupés.
    L'équipe des négociateurs devrait en outre comprendre des représentants directs du Premier ministre.
    Agée de 62 ans, M. Lévy, avait déjà été ministre des Affaires Etrangères dans le précédent gouvernement de droite de M. Benjamin Netanyahu. En janvier 1998, il a quitté son poste pour protester contre le blocage du processus de paix.
    Dans l'actuel gouvernement, il a adopté une approche en règle générale similaire à celle de M. Barak sur le processus de paix, se positionnant plutôt à droite au sein de la coalition au pouvoir.
    Quant aux négociations israélo-palestiniennes, qui ont mené à l'accord de Charm El Cheikh signé dimanche dernier, M. Lévy a joué un rôle plutôt modeste. C'est le bureau de M. Barak, lequel détient aussi le portefeuille de la Défense, qui a tenu le premier rôle.

    Wissal SEGRAOUI (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc