×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Les actions programmées

    Par L'Economiste | Edition N°:591 Le 09/09/1999 | Partager

    · Secteurs prioritaires: Textile-habillement, BTP et agro-industrie

    · Des contrats-programmes sont en cours de finalisation avec les associations professionnelles du textile, des BTP et la zone industrielle de Ben M'Sik à Casablanca

    · Les actions d'alphabétisation sont éligibles au système des contrats spéciaux de formation


    Eradiquer l'analphabétisme dans l'entreprise d'ici 2010. Tel est l'objectif que se sont fixé le Ministère du Développement Social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle et la CGEM (Confédération Générale des Entreprises du Maroc). Une convention a été signée dans ce sens il y a un an (le 17 septembre 1998). Des réunions avec les responsables de la Confédération ont permis, selon la Direction de la Lutte contre l'Analphabétisme, de retenir comme prioritaires les secteurs du textile et de l'habillement, l'agro-industrie et les bâtiments et travaux publics. Des contrats-programmes sont ainsi en cours de finalisation avec la Fédération Nationale du Bâtiment et Travaux Publics, l'Association des Opérateurs Economiques de la zone industrielle de Ben M'Sik et l'AMITH (Association Marocaine de l'Industrie du Textile et de l'Habillement). Cette dernière par exemple estime le nombre d'analphabètes dans son secteur à 80.000 sur un effectif global de 187.000 salariés. Les objectifs arrêtés pour les quatre prochaines années pour ce secteur visent l'alphabétisation de 50.000 personnes. Pour atteindre cette performance, "une cellule centrale de supervision et d'autres régionales seront créées", est-il indiqué auprès du Ministère.
    En attendant, des actions ont déjà été lancées dans plusieurs entreprises de différents secteurs et ont bénéficié à 1.102 personnes. D'autres opérations limitées à Casablanca en collaboration avec le Croissant Rouge Marocain ont profité à 400 analphabètes. S'ajoute à cela une opération-pilote dans certains ports de pêche côtière (400 bénéficiaires).

    En général, les programmes d'alphabétisation en entreprise sont à élaborer en collaboration avec des comités techniques par branche d'activité en relation avec les associations professionnelles ou les entreprises concernées. Ces comités, précise la Direction de la Lutte contre l'Analphabétisme, regroupent, outre les représentants de cette Direction, ceux des organisations et associations professionnelles concernées, les représentants des salariés et d'experts en la matière. Notons que ce programme bénéficie de l'appui technique de la coopération canadienne (PFDSP) et sera expérimenté au niveau de quatre entreprises (deux dans le textile-habillement et deux dans l'agro-industrie).
    Côté financement, le Ministère de la Solidarité et du Développement Social précise que ces opérations sont éligibles au système des contrats spéciaux de formation (CSF). Ce dernier prévoit le remboursement, au profit des entreprises ayant adopté le système, de 80% des frais engagés dans les actions d'alphabétisation sur la base de 2.000 DH par bénéficiaire. Jusqu'aujourd'hui, ce département note que plus de 1.500 salariés ont bénéficié des dispositions des CSF. Le Ministère ambitionne d'atteindre le chiffre de 50.000 personnes sur une durée de cinq ans.


    Les prisons aussi


    Les actions de la Direction de la Lutte contre l'Analphabétisme ne se limitent pas uniquement au monde de l'entreprise. Elles touchent également plusieurs secteurs dont les établissements pénitenciers. Une convention a été signée dans ce sens entre les Ministères de l'Emploi et de la Justice visant l'élaboration d'un programme d'alphabétisation fonctionnelle au profit des détenus. Estimée à plus de 50.000 personnes, la population carcérale compte près de 14.000 analphabètes. En application de ladite convention, 2.450 détenus ont été touchés cette année par cette opération. A l'horizon 2004, les deux départements ambitionnent d'alphabétiser 21.443 personnes. Des actions d'accompagnement sont aussi prévues. Il s'agit principalement de la formation des intervenants dans les établissements pénitenciers aux techniques de l'animation pédagogique, notamment.

    Aniss MAGHRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc