×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    L'Agriculture renferme le plus important effectif d'analphabètes

    Par L'Economiste | Edition N°:591 Le 09/09/1999 | Partager

    · Les objectifs assignés pour 98-1999 ont été dépassés

    · Le rendement des femmes est plus important que celui des hommes


    C'EST aujourd'hui, mercredi 8 septembre, que le monde entier célèbre la Journée de l'Alphabétisation. Le Département de M. Alioua saisit cette occasion pour présenter les résultats réalisés par les différents ministères en ce domaine. Des conférences et débats seront ainsi animés autour de ce thème(1). Ainsi, aux côtés du Ministère des Pêches Maritimes, de la Justice et de la Jeunesse et des Sports, des entreprises et ONG présenteront également leurs expériences.
    «Malgré les efforts déployés, le niveau de ce fléau demeure toujours élevé, puisqu'il touche près de 9,97 millions de personnes sur un total de 21,3 millions âgées d'au moins 10 ans», souligne d'emblée le rapport du Ministère du Développement Social.
    En fait, il faut relever une petite réduction du taux d'analphabétisme en 1998 par rapport à 1995. En effet, de 54,2% ce taux est régressé à 51,9%, soit une diminution de près de 2,3 points.
    Par branche d'activité, c'est le secteur de l'agriculture, des forêts et des pêches qui demeure le plus handicapé par l'analphabétisme. Ainsi, 75,4% de l'ensemble des travailleurs dans ce secteur sont analphabètes. Plus inquiétant encore, le taux des femmes analphabètes est nettement plus important que celui des hommes: 92,4% contre 61,6%. Concernant l'industrie, y compris l'artisanat, le taux est de 45,3%. En troisième position, le secteur des bâtiments et travaux publics avec 42,1%. A noter que le BTP est le seul secteur où le taux d'analphabétisme des femmes est moins important que les hommes: 36,5% contre 42,1%.

    Côté réalisations, les experts du Ministère du Développement Social notent avec satisfaction que les objectifs assignés pour 1998-1999 ont été dépassés. Ainsi, ce sont 181.000 personnes qui ont bénéficié des programmes d'alphabétisation contre 130.000 prévues. Sur ce registre, il faut souligner que c'est plutôt les ONG qui ont battu le record, puisqu'elles ont atteint 420% de leur objectif: de 5.000 fixés initialement, l'action des ONG a finalement concerné 21.000 personnes. En termes d'effectifs, la campagne menée par le Ministère de l'Education Nationale était la plus efficace, puisqu'elle a concerné 89.500 personnes. Toutefois, alors que l'alphabétisation par ce département avait concerné 80.000 personnes en 1997-98, les objectifs pour l'année suivante ne visaient qu'à peine 70.000 personnes, soit une baisse de plus de 10% par rapport à l'année précédente.
    Autres réalisations pour 1998-99, le rendement, autrement dit les taux d'échec et de réussite parmi les bénéficiaires des opérations d'alphabétisation. A ce niveau, les chiffres ressortent un taux de réussite plus important pour les femmes (67%) que pour les hommes (61%).
    A travers toutes ces actions, le gouvernement ambitionne d'alphabétiser 1.969.943 personnes d'ici 2004. Pour ce faire, une approche a dores et déjà été déclinée par le Département du Développement Social. Elle vise d'abord la conclusion de conventions de partenariat ou contrats-programmes, ensuite, la mobilisation des structures d'accueil et l'encadrement qui existent déjà au niveau local et enfin, l'instauration d'une culture d'objectifs et d'évaluation.

    Hassan BOUCHACHIA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc