×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Le trafic portuaire a chuté de 8% au premier trimestre

    Par L'Economiste | Edition N°:178 Le 04/05/1995 | Partager

    Après une légère hausse de 0,9 % en 1994, le trafic portuaire est resté orienté à la baisse durant tout le premier trimestre de cette année. Cette tendance est en grande partie déterminée par les hydrocarbures, les phosphates et les céréales.

    Le trafic portuaire manipulé au premier trimestre 1995 a chuté de 8,2% par rapport à la même période de 1994, pour atteindre 9.978.658 tonnes, dont 53,7% à l'import et 46,3% à l'export, selon l'ODEP (Office d'Exploitation des Ports). Afin mars 1994, il avait grimpé de 11,1%. Sachant que l'Office table cette année sur un trafic avoisinant les 43 millions de tonnes, le volume des échanges restant à réaliser se monte donc à 33.021.342 tonnes, soit en moyenne 3.669.038 par mois. L'écart constaté cette année découle aussi bien des importations que des exportations, qui ont régressé respectivement de 8,8 et 7,4%. La baisse des importations est attribuée au recul des principaux trafics à l'import, à savoir les céréales, les hydrocarbures, les engrais et le soufre.

    La régression des expéditions de marchandises vers l'étranger provient du phosphate brut, des engrais et des hydrocarbures.

    Le trafic des vracs solides s'est établi à 4.962.992 tonnes contre 5.344.429 au cours de la même période de 1994, ce qui représente une diminution de 7,1%, dont 11% à l'export et 1,5% à l'import. Les produits ayant déterminé la tendance de ce trafic sont les phosphates (-14,8%), les céréales (-33,5%) et les engrais (-24,1%) ainsi que le soufre (-6,5%).

    Les échanges de vracs liquides sont tombés de 3.601.773 tonnes au premier trimestre 1994 à 3.042.944 cette année. Cette variation de 15,5% résulte pour 21,6% des importations et pour 0,7% des exportations. Mis à part l'acide phosphorique qui a progressé de 15,4%, tous les autres produits se sont inscrits en baisse. C'est notamment le cas des approvisionnements en ammoniac (-24,6% à 74.155 tonnes) et des produits pétroliers (-22,1% à 2.099.230). Le charbon a vu en revanche son trafic croître de 95,5% à 519.733.

    Avec 1.972.722 tonnes, soit 2,7% de plus qu'en 1994, seul donc le trafic unitarisé aura marqué une hausse. En dehors de la rubrique divers qui a marqué le pas (-4,1% à 957.889 tonnes), les deux autres postes de ce trafic se sont établis au-dessus de leur niveau de 1994. C'est ainsi que, tiré vers le haut par les importations essentiellement (+17,2%), le trafic conteneurisé s'est élevé à 496.054 tonnes (+18%). Le trafic TIR (transport international routier) a connu pour sa part une amélioration de 6,7%, répartie à hauteur de 14% à l'import et 1,6% à l'export. Quant au trafic roulier manutentionné (RoRo), il a totalisé 518.779 tonnes, en hausse de 6,9%. Celle-ci est plus significative à l'import (+l1,2%) qu'à l'export (+3,6%).

    Par ailleurs, quatre ports seulement ont échappé à la baisse d'activité relevée au premier trimestre. Il s'agit donc des ports de Dakhla et de Tan-Tan, dont le trafic a augmenté de 63,9 et 31,8% respectivement "grâce au cabotage des produits pétroliers", et de Jorf-Lasfar et Safi.

    Avec 1.725.616 tonnes, le port de Jorf a affiché un accroissement de 28,6%, dont 43,6% à l'import et 18,7% à l'export. L'augmentation enregistrée par les importations est due aux trafics pétrolier et de charbon, celle des exportations étant imputable à l'acide phosphorique (+19%) et au phosphate (+90,8%). Pour Safi, l'ODEP fait état d'une amélioration de 3,2% à 1.159.339 tonnes découlant entre autres des exportations de barytine (+92,7%) et d'acide phosphorique (+12,7%).

    Pour les ports en baisse, c'est celui de Kénitra qui affiche le taux le plus élevé (-47,1%), suivi de Mohammédia (-25,3%), Nador (-13,4%) et Casablanca (-12,9%). Les ports de Tanger, de Laâyoune et d'Agadir ont accusé chacun une baisse inférieure à 10%.

    Elle est de 9,8% pour Tanger et de 6,4 et 5,1% pour les deux autres ports.

    Quant au trafic des passagers, il s'est chiffré à 194.132 personnes, soit 1,3% de moins qu'en 1994, à raison de 194.619 à l'entrée (+6,8%), 96.889 à la sortie (-6,5%) et 2.624 en croisière (-42,1%).

    H.E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc