×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Le «.ma» dans le giron de l’ANRT

    Par L'Economiste | Edition N°:2352 Le 01/09/2006 | Partager

    . Administré par l’ONPT puis Maroc Telecom depuis 1995. Un projet de loi en gestationL’AGENCE nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) s’est vu attribuer la redélégation de la gestion du nom de domaine «.ma» par le Conseil d’administration de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (ICANN) (1). Cette décision mettra fin à une situation jugée problématique jusqu’alors. Officiellement, le domaine «.ma» était administré par l’Ecole Mohammédia des ingénieurs (EMI) considéré comme l’interlocuteur principal au niveau des instances internationales. Or l’EMI n’ayant pas les compétences techniques pour le régir en avait confié la gestion à l’Office national des postes et télécommunication (ONPT) en 1995, seul opérateur jugé techniquement apte à l’époque, selon une source à l’ANRT. A la dissolution de l’Office, c’est tout naturellement Maroc Telecom qui a hérité de cette charge. L’opérateur historique s’est ainsi trouvé assurant la gestion des aspects techniques, administratifs et commerciaux. Et c’est là que le bât blesse: Maroc Telecom étant gérant technique et prestataire de service en même temps et dans un marché devenu depuis concurrentiel. Un cas de conflit d’intérêt et une atteinte au libre jeu de la concurrence pour la commercialisation des noms de domaine «.ma» que n’ont pas tardé à dénoncer les autres opérateurs. D’autant plus que la gestion de celui-ci connaît des problèmes et des services ne sont pas au point, explique-t-on à l’ANRT. C’est ainsi qu’il n’existe toujours pas de «whois», base de données en ligne permettant de rechercher les noms de domaines et d’en identifier les détenteurs. Tout au plus, disposons-nous d’un annuaire qui permet d’indiquer si le nom est libre ou non. Cette redélégation permettra au régulateur du marché de redéfinir les caractéristiques de cette gestion. Un projet de loi fixant les prérogatives de chaque intervenant est en cours de préparation. Il autorisera l’agence à intervenir sur les aspects juridiques, les litiges ou encore la mise en place de procédures d’accréditation des prestataires avec un statut clair et défini, explique notre source. Une charte de nommation a d’ailleurs été mise au point après concertation avec toutes les parties concernées et qui propose un cahier des charges pour la gestion des noms de domaine». ma» (cf.www.leconomiste.com) Cependant, il ne faudra pas s’attendre à une mutation radicale du paysage. L’ANRT optera plutôt pour un changement en douceur. Il n’est pas question de résilier la gestion par Maroc Telecom, pour le moment. «Nous sommes obligés d’assurer la continuité du service pour les citoyens, l’opérateur actuel maintiendra sa prestation en attendant une meilleure restructuration», affirme-t-on à l’agence.A. B.-------------------------------------------------------------------------(1) organisation internationale chargée d’allouer l’espace des adresses de protocole Internet (IP), les identificateurs de protocole, de gérer le système de nom de domaine de premier niveau pour les codes génériques (gTLD) et les codes nationaux (ccTLD)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc