×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le Hamas tente de rallier un Fatah réticent

Par L'Economiste | Edition N°:2220 Le 23/02/2006 | Partager

. En vue de former un gouvernement de «coalition nationale»DES responsables du Hamas et du Fatah ont discuté, le 22 février à Gaza, de la formation d’un gouvernement palestinien de coalition qu’un chef du mouvement islamiste, Ismaïl Haniyeh, a l’intention de former. Le leader palestinien, Mahmoud Abbas, lui-même du Fatah, a formellement chargé mardi Haniyeh de former le prochain gouvernement. Haniyeh a fait savoir que le Hamas tiendrait des consultations avec les autres partis palestiniens, y compris le Fatah, en vue de former un gouvernement de «coalition nationale». Abbas a remis à Haniyeh la lettre le chargeant de former le gouvernement lors d’une rencontre mardi au QG de l’Autorité palestinienne à Gaza. «La direction du Hamas va examiner le contenu de cette lettre avant de donner une réponse définitive au président prochainement», a déclaré Haniyeh. Selon une source à la présidence de l’Autorité palestinienne, Abbas appelle dans sa lettre le prochain gouvernement à respecter les accords israélo-palestiniens passés et le principe d’un règlement négocié basé sur deux Etats, la Palestine et Israël. Le chef du parti travailliste israélien, Amir Peretz, a indiqué mercredi avoir demandé au président égyptien, Hosni Moubarak, de soutenir le leader palestinien Mahmoud Abbas et les «forces modérées» pour contrer le mouvement radical Hamas. Le Hamas, qui ne reconnaît pas Israël, prône pour sa part la lutte armée pour la libération des territoires palestiniens occupés, mais Haniyeh a affirmé que «les divergences politiques entre le Hamas et la présidence de l’Autorité palestinienne seront résolues par le dialogue». Haniyeh dispose de trois semaines pour former le gouvernement et le faire approuver par le CLP. S’il échoue, deux semaines supplémentaires pourraient lui être accordées. Un responsable du Fatah a affirmé mercredi que son mouvement était d’accord «en principe» pour participer à un gouvernement Hamas si les deux parties conviennent d’un programme commun.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc