×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le gotha du patronat mondial à Marrakech
    De notre correspondante, Badra Berrissoule

    Par L'Economiste | Edition N°:1784 Le 07/06/2004 | Partager

    . La CCI poursuit ses travaux sur l’intégration écono-mique mondiale et le rôle des entreprises. Un message sera lancé au G8 pour stimuler l’économie mondialeBanco pour le Maroc. Le gotha du monde des affaires était présent hier à l’inauguration du 35e congrès de la Chambre de commerce internationale (CCI ou ICC en anglais), qui se tient jusqu’au 9 juin à Marrakech et qui a été présidée par SM le Roi Mohammed VI. C’est la première fois que la CCI tient sa messe dans un pays émergent. C’est son président, et aussi patron de Vivendi Universal France, Jean-René Fourtou, qui est à l’origine de cette décision, avec à ses côtés un Pascal Lamy, commissaire européen au Commerce, Valérie Giscard D’Estaing, président de la convention européenne, le directeur de l’OMC Panitchpakdi Supachai… et aussi des patrons des grandes entreprises comme Unilever, Metro, Shell.Pour le Maroc, la tenue de ce congrès de la CCI à Marrakech est une opportunité non négligeable, surtout avec la présence de ces sommités du gotha international. C’est dans les mêmes lieux que les accords du GATT ont vu le jour, il y a 10 ans. La priorité de cette rencontre sera le rôle d’entreprise dans la mondialisation et les clefs pour atteindre les objectifs. L’on attend de ces entreprises d’aider les gouvernements à coordonner la résistance face aux pressions protectionnistes. Même chose pour l’Europe, d’ailleurs. Avec l’élargissement de la Commission européenne, “l’Europe sera-t-elle un moteur de libéralisation ou un bastion du protectionnisme?” s’interroge-t-on. Au programme ce lundi, un large débat présidé par D’Estaing sur les conséquences de l’Europe élargie sur le reste du monde. “Ce genre de congrès n’est pas celui de débats, mais plutôt d’échanges qui aboutissent à des décisions importantes sur le plan économique”, indique Jean-René Fourtou. Ainsi, des résultats d’une enquête sur les problèmes majeurs qui doivent être résolus pour stimuler l’économie mondiale seront présentés aujourd’hui, deux jours avant l’ouverture du sommet du G8 aux Etats-Unis. La CCI veut ainsi transmettre son message aux huit pays les plus industrialisés avant qu’ils n’arrêtent les stratégies pour le sort de l’économie mondiale. Plus localement, le 35e congrès sera aussi une occasion aux acteurs marocains de tirer le meilleur parti des outils de l’institution et surtout des expériences internationales en matière d’investissement. D’ailleurs, des réunions interactives et ateliers de travail sont prévus dans le cadre du Centre pour l’investissement et le partenariat (CIP) mis en place avec le soutien de la direction des Investissements extérieurs.Fondée dans les années 20, la CCI est plus connue à travers ses instances comme la Cour internationale d’arbitrage, basée à Paris, qui est une institution mondiale de règlement des litiges commerciaux internationaux. La Chambre est une sorte de voix officielle des entreprises auprès des instances internationales. Elle siège aussi bien dans les réunions de l’OMC, du G8 qu’à l’ONU. La CCI qui regroupe plus de 130 pays, annonce cette année la participation de 600 patrons à la réunion de Marrakech.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc