×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Le globe-trotter golfeur, une cible en or pour les voyagistes

Par L'Economiste | Edition N°:2683 Le 31/12/2007 | Partager

. Le Maroc compte attirer 175.000 touristes golfeurs par an, contre 70.000 aujourd’huiSurfant sur la vague du haut de gamme, de nombreuses destinations touristiques comme le Maroc ou l’île Maurice misent sur le golf pour doper leurs recettes, et même Cuba commence à s’ouvrir à un sport longtemps considéré comme élitiste.Le touriste golfeur est exigeant, parfois râleur, amateur de bons repas et vins, aime se détendre dans des spas: un filon que les voyagistes comptent exploiter en multipliant des formules à la carte combinant parcours, massages et visites de domaines vinicoles.«Autrefois, il n’y avait pas une destination qui se créait sans construire des courts de tennis, aujourd’hui ce sont les parcours de golf qui sont devenus incontournables», commente Jean-Marc Chaudru, le «Monsieur golf» de Fram.Traditionnellement axé sur le milieu de gamme, le tour-opérateur toulousain édite depuis 2 ans une brochure spécifique pour le globe-trotter golfeur: «Cela nous permet d’attirer une autre clientèle, un peu plus aisée».Chez Pierre et Vacances aussi, «le golf est une priorité, c’est une clientèle qu’on souhaite développer», commente Benoît David, directeur commercial chargé des sports. 25 résidences ou hôtels du groupe en France sont situés sur des golfs ou à proximité.Plus de 20% des 600.000 golfeurs en France disposent d’un revenu annuel supérieur à 60.000 euros. Dans le monde, on compte environ 50 millions de golfeurs, et le marché des voyages liés à ce sport pèse 12 milliards d’euros par an, selon l’Organisation internationale des tour-operateurs de golf (IAGTO).Tour-opérateurs et offices de tourisme seront nombreux au Salon du golf à Paris, du 15 au 17 mars. La France est encore peu connue pour son tourisme golfique, une niche qui rapporte 392 millions d’euros par an, selon le cabinet Bipe conseil.Pour échapper à la grisaille hivernale, de nombreux amateurs de la petite balle blanche optent pour le Maroc. D’ici 2010, le pays compte faire sortir de terre 18 nouveaux golfs, cherchant à attirer 175.000 touristes golfeurs par an, contre 70.000 aujourd’hui. De novembre à mars, c’est la haute saison à Agadir, première destination golfique du Maroc. «La plupart de nos clients viennent des pays nordiques, à la recherche de conditions climatiques plus clémentes», explique le directeur du golf du Soleil, Nabil Guessous.Davantage connu pour ses plages, Cuba, qui ne compte que deux parcours de golf, veut s’y mettre aussi, d’autant que de grands révolutionnaires comme Fidel Castro et Che Guevara s’affrontaient sur des terrains de golf.«Nous étudions des propositions venant du Canada et d’Espagne pour construire des terrains» et développer un tourisme haut de gamme axé sur les spas et le golf, explique la vice-ministre du Tourisme, Maria Elena Lopez Reyes.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc