×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Subprime: Citigroup et HSBC céderaient des activités

Par L'Economiste | Edition N°:2683 Le 31/12/2007 | Partager

. Les actifs de Citigroup estimés à 12 milliards de dollarsPLUSIEURS banques, dont l’américaine Citigroup et la britannique HSBC, envisagent de céder des activités pour alimenter leurs finances, mises à mal par la crise des subprimes, a affirmé jeudi dernier le Wall Street Journal sur son site Internet. «Signe qu’elles envisagent encore une période difficile, les banques américaines et européennes sont en train de réfléchir à la vente d’actifs, que ce soit des agences ou des activités complètes», explique le quotidien financier. «Parmi les possibles vendeurs se trouvent Citigroup, qui pourrait se défaire ou fermer plusieurs unités de taille moyenne, et le géant bancaire britannique HSBC, qui pourrait céder tout ou partie de son activité d’auto-finance représentant 13 milliards de dollars», précise le Wall Street Journal, citant des sources proches des dossiers. Le quotidien ajoute que les actifs de Citigroup, jugés non primordiaux, pourraient représenter une valeur de 12 milliards de dollars. Confrontées à des dizaines de milliards de pertes à cause de la crise du secteur des prêts immobiliers à risques (subprimes), plusieurs grandes banques ont pris des mesures exceptionnelles pour contenir les dégâts et récupérer des fonds. Dernière en date, Merrill Lynch, qui a déjà déprécié pour 8,4 milliards de dollars d’actifs, a annoncé lundi dernier qu’elle allait lever jusqu’à 6,2 milliards d’actifs, principalement auprès du fonds singapourien Temasek, tout en cédant en parallèle la plupart de ses activités de financement spécialisé au groupe GE Capital pour 1,3 milliard de dollars. De son côté, Citigroup, qui a été renflouée par l’émirat d’Abou Dhabi à hauteur de 7,5 milliards de dollars, a décidé à la mi-décembre de consolider dans son bilan 49 milliards de dollars d’actifs dépréciés provenant d’investissements dans le secteur des subprimes, pour éviter qu’ils ne soient liquidés précipitamment. Un mouvement similaire à celui, fin novembre, de HSBC, qui a rapatrié pour 35 milliards de dollars.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc