×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le dollar sous pression

Par L'Economiste | Edition N°:1881 Le 22/10/2004 | Partager

Le dollar américain s’est effondré, le 20 octobre dernier, à son plus bas niveau depuis huit mois face à l’euro. Il a également chuté face aux autres devises, signe qu’il est entré dans un nouveau cycle d’affaiblissement, selon les économistes.“Ce pourrait bien être le début d’un affaiblissement durable et généralisé du dollar”, estime Iain Stannard, économiste à BNP Paribas.“Le nouvel accès de faiblesse du dollar reflète le regain d’inquiétude sur le financement du déficit des comptes courants après le récent recul des flux de capitaux entrés aux Etats-Unis”, explique-t-il. “Il pourrait y avoir des difficultés à financer ce déficit dans l’avenir, ce qui met le dollar sous pression”.Le Trésor américain a indiqué le 18 octobre dernier que les flux de capitaux entrés outre-Atlantique avaient baissé de plus de 4 milliards de dollars en août par rapport à septembre, à 59 milliards de dollars.Des apports que les économistes jugent nettement insuffisants pour financer le déficit record des comptes courants des Etats-Unis, qui a atteint 166,2 milliards de dollars au deuxième trimestre.“Les difficultés de financement du déficit des comptes courants et l’impact des prix du pétrole sur la croissance des Etats-Unis pèsent sur le dollar”, estime Gary Noone, économiste chez Informa Global Markets.“Nous anticipons un nouveau cycle de faiblesse du dollar”, préviennent les analystes de la Commerzbank.Les chiffres américains publiés récemment, notamment sur la confiance des consommateurs, “confirment que l’économie a atteint un palier”, estiment-ils.Les économistes ont ainsi écarté la possibilité d’une prochaine hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale (Fed) aux Etats-Unis, un revirement qui pèse également fortement sur le dollar.En outre, selon les économistes de WestLB, le billet vert est déprimé par l’incertitude autour des élections présidentielles du 2 novembre aux Etats-Unis. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc