×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Le Crédit du Maroc décentralise la formation

Par L'Economiste | Edition N°:231 Le 23/05/1996 | Partager

Le marché des changes est annoncé pour le 3 juin après avoir été prévu une première fois pour le 2 mai. Le retard concédé, même s'il est souvent critiqué, permet aux banques et entreprises de mieux se préparer. Ce nouveau compartiment du marché financier va nécessairement influer sur les rapports banques-entreprises. A l'instar de plusieurs établissements de la place, le Crédit du Maroc a organisé les jeudi 16 et lundi 20 mai, à Casablanca, des séminaires sur le marché des changes à l'intention de la clientèle. La banque a toutefois décentralisé la formation pour en faire profiter ses clients de Rabat et Marrakech où des séminaires(1) ont eu lieu les 15 et 17 mai respectivement. Il s'agissait de familiariser les opérateurs avec les différents produits traités sur ce marché tout en mettant l'accent sur les opérations possibles au regard de la législation marocaine. Les animateurs ont principalement axé les travaux sur le côté pratique pour mettre en relief les différents produits de façon à permettre aux entreprises de définir leurs besoins et de pouvoir les exprimer sans ambiguïté. Un point important, d'autant plus que des sommes importantes peuvent être mises en jeu et la nature du marché fait en sorte qu'il est difficile de se rétracter après avoir lancé une opération. De fait, le code déontologique du marché des changes a largement été présenté bien qu'il ne revienne pas au client de traiter directement une opération. Le marché ne fonctionne que sur la confiance parce que basé sur le téléphone. Il est indiqué que l'enregistrement des conversations n'est pas obligatoire, mais recommandé. Toutefois, il est du devoir de chaque cambiste d'en informer son interlocuteur pour plus de transparence.
Pour l'instant, l'identification des besoins est en première ligne et chaque banque fourbit ses armes pour mieux s'installer sur ce nouveau créneau. Dans cette perspective, le Crédit du Maroc a entrepris, entre autres démarches, de produire à l'intention de ses clients abonnés un "Journal de Change" alimenté par les données du système d'informations financières Reuters et qui permettra de suivre quotidiennement ou toutes les semaines, au choix, l'évolution du marché.

Alié Dior NDOUR


(1) Les séminaires étaient animés par MM. Jamal Lemridi, Directeur des Affaires Internationales au Crédit du Maroc, Pascal Hérauld, directeur général de la Banque internationale de Tanger et Jean-Philippe Couderc, responsable au Desk Option à la salle des marchés du Crédit Lyonnais Paris, futur responsable de la salle des marchés du Crédit du Maroc.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc