×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Le Club Med sort de la zone de turbulence

· Les premiers bénéfices depuis trois ans

Par L'Economiste | Edition N°:428 Le 25/01/1999 | Partager

Après plusieurs années de crise, le Club Méditerranée renoue avec les bénéfices. Le groupe investit en Tunisie et en Egypte. Son objectif est de doubler son résultat d'exploitation d'ici l'an 2000.


Le Club Med inaugure l'année 1999 en beauté. En effet, le vacancier français vient de sortir de la zone rouge en réalisant ses premiers bénéfices. Pour l'exercice 1998, le groupe a dégagé un bénéfice net de 171 millions de Francs français.
Mais ce résultat n'a pas surpris pour autant plusieurs analystes financiers, indique l'AFP. Ces derniers s'attendaient à ce que le Club retrouve l'équilibre financier et tablaient sur un bénéfice. Le chiffre d'affaires consolidé a pour sa part dépassé 8,384 milliards de FF, soit une augmentation de 1,9% par rapport à l'année précédente.
Les performances du Club sont intervenues au lendemain de la première année du plan de sauvetage lancé en 1997 à Agadir par le nouveau président Philippe Bourguignon qui avait réussi auparavant le redressement de Disneyland Paris.

Mise à part la politique de restructuration, le Club Med fondé par M. Gilbert Trigano a bénéficié également de la reprise générale de la demande sur le marché des voyages.
Les résultats enregistrés par le Club Med ont été vivement salués par la communauté financière. Ainsi, à l'annonce des résultats mardi dernier, l'action du groupe a gagné à la Bourse de Paris 5,91% pour atteindre 77,95 Euros.
Côté fréquentation, le Club a accueilli 1,547 million de "gentils-membres" en 1998, soit une hausse de 5% en 1997. La progression enregistrée par les villages du vacancier s'est concentrée essentiellement en Europe. Destination faible de la chaîne, cette région a connu une hausse de plus de 9,4% du nombre des journées hôtelières vendues.
Concernant la zone Europe-Afrique où figure le Maroc, le taux d'occupation a atteint 75%, soit une progression de 3,5%. Cette hausse s'explique selon les responsables du groupe cités par l'AFP par l'abandon au cours des deux dernières années de huit villages déficitaires dont sept situés en Europe.
La réduction de la capacité d'accueil a été compensée par l'ouverture d'un nouveau village en Indonésie et l'extension de 12 autres villages saisonniers dans les régions à forte croissance.
Pour en arriver à ces résultats, la stratégie du groupe s'est orientée vers la revalorisation des villages, la révision des tarifs à la baisse dans certains villages d'Europe allant jusqu'à 30% et le lancement d'une campagne publicitaire mondiale.
Si le rééquilibrage des comptes est l'une des priorités du club, l'ambition de son groupe est de doubler le résultat d'exploitation d'ici fin 2000 (700 à 750 MFF).
Pour l'année 1998, ce résultat a atteint 386 MFF, en hausse de 33% en comparaison avec 1997. La zone Europe-Afrique participe à 60% dans ce résultat. Viennent ensuite l'Asie (20%) et l'Amérique (20%),
Par ailleurs, la restructuration se poursuit. L'état-major du vacancier encourage entre autres le départ volontaire d'une centaine de salariés ayant plus de 52 ans. L'objectif est de rajeunir l'effectif de la chaîne dont 30% des effectifs dépassent 50 ans.


Six villages ouverts et huit abandonnés


LA Direction du vacancier français prévoit le lancement de 6 nouveaux villages dans les trois ans à venir. Les promoteurs du groupe négocient actuellement la possibilité de réaliser 8 autres projets touristiques dont deux en Egypte et en Tunisie. Les 8 villages abandonnés se trouvent en Europe, destination faible de la chaîne ces dernières années. Disposant de trois villages à Djerba, le
Club Med envisage la reprise en location pour l'an 2000 d'un établissement touristique déjà existant. Sur la Mer Rouge, le vacancier compte gérer un village dont l'ouverture est attendue pour 2001.

Mohamed DOUYEB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc