×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Le CDVM demande la radiation de Somafic

    Par L'Economiste | Edition N°:756 Le 27/04/2000 | Partager

    . Le programme d'émission de BSF de la société sera suspendu

    . Le PDG de Somafic, M. Boughaleb, se refuse à tout commentaire


    Le CDVM (Conseil Déontologique des Valeurs Mobilières) n'y est pas allé de main-morte avec le dossier Somafic. Faisant partie des points discutés lors du conseil d'administration qui s'est tenu la semaine dernière, des mesures sévères ont été prises à l'encontre de la société de financement. Objectif: préserver la transparence du marché et les intérêts des actionnaires minoritaires.
    Ainsi, une demande de radiation de la cote de Somafic a été déposée auprès de la Société de Bourse des Valeurs de Casablanca (SBVC). La deuxième sanction porte sur la suspension de l'émission de BSF (Bons de Sociétés de Financement) de la société.
    Le gendarme du marché justifie la demande de radiation de la cote par le fait que la société n'a pas procédé à la publication de ses états financiers au titre du premier semestre 99 et qu'elle n'a pas informé "immédiatement et convenablement le marché des faits importants qui ont eu un impact significatif sur le cours en bourse de son titre". La demande de suspension de l'émission de BSF est due a la non-actualisation du dossier d'information relatif à ce programme au titre de l'année 98. Après un premier exercice déficitaire en 1998, Somafic a annoncé un an plus tard une nouvelle perte de 132 millions de DH. Des problèmes de gestion ont entraîné une détérioration de la qualité du portefeuille de la société qui s'est retrouvée dans l'impasse. Ses principaux créanciers la poursuivent en justice et sa santé financière est au plus bas. L'absence de communication de la part des responsables a eu pour conséquence une chute libre du cours en bourse depuis plusieurs mois déjà. A l'occasion de la publication des résultats annuels, la société est enfin sortie de son mutisme et a publié un communiqué de presse expliquant qu'un programme d'assainissement est engagé. Celui-ci comprend notamment le reclassement des créances en souffrance.
    Au titre de l'exercice 99, la dotation aux provisions s'est élevée à 120 millions de DH contre 22 millions l'exercice précédent. Par ailleurs, les fonds propres de la société ont été ramenés à 19 millions de DH et une recapitalisation est prévue. Toujours dans le même communiqué, le conseil d'administration de Somafic a déclaré avoir proposé un apport en fonds propres de 110 millions de DH, "pour lequel, l'actionnaire majoritaire Axa-Al Amane a déjà décidé de souscrire à hauteur de sa part dans le capital", une fois n'est pas coutume. Contacté au sujet des mesures prises par le CDVM à l'encontre de la société, le PDG de Somafic, M. Mohamed El Mehdi Boughaleb, s'est refusé à tout commentaire que ce soit pour la radiation de la cote ou la suspension de l'émission de BSF.
    Les intervenants de marché n'ont pas vraiment été surpris par le sort de Somafic. "Cela faisait déjà longtemps qu'elle ne répondait plus aux critères de base d'une société cotée", commente un analyste.

    Hanaa FOULANI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc