×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Le carnage s’intensifie à Rafah

Par L'Economiste | Edition N°:1772 Le 20/05/2004 | Partager

. Plus de 48 palestinens tués . Israël empêche l’arrivée des secours  LES services palestiniens d’urgence ont accusé mercredi l’armée israélienne d’empêcher les ambulances du nord de la bande de Gaza de parvenir à Rafah, au sud, où au moins 48 Palestiniens ont été tués et des dizaines blessés depuis le lancement mardi d’un important raid israélien. «C’est un désastre absolu. Nous envoyons des ambulances pour venir en aide à Rafah, mais les Israéliens les empêchent d’arriver sur place», a affirmé Mohammed Salama, qui dirige les services d’urgence du ministère palestinien de la Santé. Les médecins pour les droits de l’Homme, un groupe israélien, a confirmé que des ambulances n’étaient pas en mesure de quitter la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, pour venir en aide aux équipes médicales à Rafah. Ces informations ont été annoncées alors qu’au moins dix Palestiniens ont été tués mercredi par des tirs de missiles à partir d’hélicoptères israéliens. «Nous avons besoin de toute l’aide possible, il y a une crise humanitaire qui se développe sur place. L’hôpital de Rafah est trop petit et ne peut pas faire face à une telle situation. Il y a un trop grand nombre de morts et de blessés», a-t-il encore dit. L’Autorité palestinienne a pour sa part, appelé mercredi le Conseil de sécurité de l’Onu à prendre des décisions «fermes» à l’encontre d’Israël et a qualifié de «guerre» l’opération de l’armée en cours dans cette localité. Le Conseil de sécurité de l’Onu s’est réuni mardi à New York pour discuter d’un projet de résolution qui condamne les démolitions de maisons palestiniennes par l’armée israélienne à Rafah et demande leur arrêt immédiat. Selon des diplomates, le texte proposé par des pays arabes dispose d’un large soutien au Conseil mais les Etats-Unis ont fait des contre-propositions qui adoucissent la formulation utilisée contre les actions d’Israël. les réactions sont nombreuses, à ce qui se passe en palestine. Le président du gouvernement espagnol José Luis Rodriguez Zapatero a affirmé à Madrid que «la paix exigeait un cessez-le-feu immédiat», «les actions qui se sont produites de la part d’Israël (car) c’est un chemin négatif pour la paix». La Russie a également condamné ces opérations israéliennes.Synthèse l’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc