×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Le BRPM détecte des métaux précieux dans l'Anti-Atlas

Par L'Economiste | Edition N°:821 Le 31/07/2000 | Partager

• Fin 1999, la recherche minière a porté sur 34 sites dont 20 contenant de l'or, de l'argent et du cuivreAU Bureau des Recherches et des Participations Minières (BRPM) sis Bd Al Alaouiyine à Rabat, une odeur de peinture picote les narines. Le Bureau se relifte. Son Conseil d'administration réuni dernièrement a défini les bases d'une nouvelle stratégie. La tenue de ce conseil est en elle-même un événement. Le dernier remonte à 1995 ! Les responsables du Bureau affirment que le rapport d'activité 1999 n'est pas encore sorti. De premiers chiffres indiquent une amélioration de l'activité minière. Au terme de l'année écoulée, les travaux de recherche ont porté sur 34 objectifs (sites de prospection) dont 20 de métaux précieux, Il de métaux de base et polymétalliques et 3 de roches industrielles.Le Bureau souligne qu'il y a des signes prometteurs quant à l'existence de métaux précieux, essentiellement dans les secteurs d'Iknioun et Tifernine dans le Rif, et Tiyyout et Tahala dans l'Anti-Atlas. Cette région recèle de grandes potentialités en matière d'or, argent et cuivre. Les sites détectés sont encore au stade de la recherche. Le Bureau entreprend ces prospections en partenariat avec des groupes nationaux comme l'ONA ou internationaux comme Outokumpu (Finlande) et Toisa (Espagne).Pour les métaux de base, il s'agit particulièrement des secteurs de Guemmassa, Koudiat Aïcha et Bouhasse. Côté minéraux industriels, la recherche a concerné les argiles, la célestine et le zircon.PartenariatToujours dans le registre des réalisations, le BRPM note le forage d'un grand puits de 850 mètres pour le compte de l'ONEP à Cap Ghir. Par ailleurs, de nouvelles mines devront être ouvertes en partenariat avec des sociétés privées. Il s'agit essentiellement du gisement de Betonite d'Afrah dans la région de Nador. Un accord d'exploitation conjointe a été conclu dans ce sens avec la société espagnole Toisa. Le BRPM détient 35% du capital de cette société. L'exploitation d'un autre gisement dans la même région est également programmée. Il s'agit de la mine Tidennit où les explorateurs ont trouvé de la perlite. Ce travail devra être mené avec la société marocaine Perlite Roche dont le Bureau détient 20% du capital.Malgré son rôle important dans la détection des ressources minières, le BRPM, dirigé actuellement par Mlle Amina Ben-khadra, est peu connu du public. Pourtant, il existe depuis 1928. Au fil des années, cette vieille administration a assumé plusieurs fonctions visant le développement des ressources du sol y compris la recherche pétrolière (passée dans le grion de l'ONAREPen 1984). Maintenant, elle veut recentrer son activité sur la recherche et l'exploitation minières. Un nouvel organigramme a été mis en place pour accompagner le développement de ce secteur.L'ouverture sur le secteur privé figure aussi sur le plan d'action du Bureau. En effet, neuf sociétés, pour la plupart marocaines, opèrent à côté de lui dans le cadre de sociétés mixtes.En matière de coopération, le Bureau effectue des recherches minières avec l'ONA et d'autres sociétés étrangères comme Outokumpu de Finlande, Odyssey du Canada et Toisa et Aminsa d'Espagne. Les recherches portent généralement sur des sites dans l'Atlas.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc