×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

A l'affiche: Le tailleur de Panama

Par L'Economiste | Edition N°:1136 Le 02/11/2001 | Partager

. Un espion qui a besoin d'avoir des informations sur ce qui se trame dans les dessous de la société panaméenne recourt aux services d'un tailleur de renomméeCe que Harry va considérer au début comme un jeu qui lui permet d'empocher de l'argent pour rembourser ses dettes et celles de ses amis, prendra des proportions énormes et générera des conséquences fâcheuses inattendues. Harry Pendel (Geoffrey Rush) est le nom d'un tailleur virtuose qui confectionne des costumes pour la crème de la société de Panama. Ce qui lui permet d'être en contact avec les grosses pointures du pays, tous azimuts. Et c'est justement pour cette raison qu'il intéresse l'agent Andy Osnard (Pierce Brosnan) qui veut faire de lui son mouchard de service. Harry, étant au-dessus de tout soupçon, devient son oeil et son oreille qui lui révèlent tout ce qui se trame, en douceur. Naïf, avec un grand coeur, il se laisse entraîner dans une histoire d'espionnage qu'il essaie de tourner à son avantage. Mais il ne tient pas toutes les ficelles de l'affaire dont il perd, très vite, le contrôle. Car s'il a du génie à tailler des costumes de luxe, le mensonge qu'il s'est évertué à tisser dépasse de loin ses mesures. Il commet l'erreur de sous-estimer l'agent Osnard en essayant de lui fait gober toutes sortes les bobards qu'il inventait en vue de lui faire croire à un complot qui se prépare en secret et selon lequel les opposants du fameux «Noriega» mijoteraient une révolution. Les instigateurs de cette opération ne sont autres que son vieil ami et sa comptable. Le premier est un ancien révolutionnaire dont la prison a brisé l'échine et qui trouve, désormais, refuge dans l'alcool. Le deuxième est une jeune femme qui a été défigurée par les hommes du dictateur et qui n'a aucun rapport avec la résistance ou le militantisme. En les impliquant, Harry voulait soutirer de l'argent à Osnard pour les aider. Et comme il est lui-même endetté jusqu'au cou, il a besoin d'une grosse somme pour ne pas perdre sa ferme. Cet argent, il le réclame comme contrepartie à des informations de la plus haute importance, -bien entendu inventées de toutes pièces-, à propos d'une éventuelle transaction concernant le Canal de Panama. D'une importance stratégique pour les Yankees et les Anglais, ces forces mondiales sont prêtes à tout pour que le contrôle de la région ne leur échappe pas. Au fil des événements, les choses se compliquent et les véritables intentions d'Osnard sont révélées au grand jour. Quant à Harry, sa vie ne sera plus la même.. Un film taillé sur mesureSans être un chef-d'oeuvre, Le tailleur de Panama est un film qui tient la route. En effet, il commence par une histoire simple, au fur et à mesure, étoffée par des événements qui enrichissent l'action et la mènent vers le «noeud» final. Il s'agit du moment où tout le monde est impliqué dans une affaire qui a commencé comme une farce. Sans vraiment prendre au sérieux le genre «film d'espionnage», Jhon Boorman octroie des allures de parodie à son oeuvre. Les informations données par le tailleur sont cousues de fil de blanc et fleurent bon le mensonge. L'emportement de l'état-major et son empressement à envoyer des forces armées au Panama sont un tantinet exagérés quoique pas vraiment loin de la réalité. Quant à l'image des services secrets, il n'y a pas de quoi en être fier. Elle ne fait pas honneur à ses agents. A commencer par Osnard qui offre l'image d'une brute de première classe. Muté au Panama pour une histoire de moeurs, il décide de se faire du blé sur le dos du gouvernement américain, dans une ultime opération, pour assurer sa retraite. L'agent sans scrupule, doublé d'un tombeur qui a une véritable passion pour les femmes, essaie de tirer au maximum profit de la situation de Harry. Quant à ses supérieurs, ils sont aussi stupides que corrompus.Dans un humour bon enfant qui contraste avec la nature du film, Le tailleur de Panama réussit une farce cinématographiquement très correcte. Un casting de choc a largement contribué à la réussite du film. Pierce Brosnan, le superagent 007, se présente sous un meilleur jour. Le super espion a, entre-temps, perdu ses bonnes manières et a vu ses instincts sexuels s'aiguiser outre mesure. Le rôle de voyou lui va comme un gant. On ne peut qu'admirer sa prestation de tombeur sans vergogne qui approche les femmes en appliquant une tactique qui marche à tous les coups. Quant au grand Geoffrey Rush, toujours égal à lui-même, il est tout simplement génial dans le rôle du tailleur juif, qui en bon père de famille fait tout pour préserver sa femme. Servi par une carrière théâtrale prestigieuse, le héros de «Shine» passe d'une émotion à une autre avec une aisance sans pareille. Optant pour un jeu extérieur qui fait la part belle à la gestuelle, Rush ne tombe pas dans le cabotinage et exécute à merveille le rôle du tailleur. Un rôle taillé sur mesure.Kenza Alaoui

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc