×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

La Russie fixe deux systèmes de privatisation

Par L'Economiste | Edition N°:40 Le 30/07/1992 | Partager

LE gouvernement russe a mis sur pied un programme complexe de privatisation. D'ici à la fin de l'année, tous les Russes devraient recevoir des "chèques de privatisation". D'une valeur de 7.000 Roubles, ces chèques seront cédés pour la somme de 25 Roubles, selon Anatoli Tchoubaïs, Vice-Premier Ministre de Russie et président du Comité des biens d'Etat. "Ce qui est prévu pour l'instant, ce n'est pas encore la privatisation, mais tout simplement la transformation des entreprises d'Etat en sociétés par actions", explique-t-il.
Le but de l'action est de "faire passer dans les murs le changement de statut des sociétés russes" et de créer ainsi 150 millions d'actionnaires. Ce sont 10.000 boutiques et petites sociétés ainsi que 2.000 grandes et moyennes entreprises qui sont concernées par cette opération. Les détenteurs de "chèques de privatisation" auront un an pour les convertir en actions ou les vendre à un cours fixé durant les enchères. Ces chèques ne devront pas dépasser 20% du capital des sociétés. Pour concrétiser cette large opération, deux modalités ont été retenues. La première consiste à octroyer gratuitement aux employés 25% d'actions sans droits de vote. Ils pourront en acquérir 10%, moyennant paiement, soit en "chèques de privatisation", soit en Roubles. Dans le deuxième cas, une réduction de 30% leur sera accordée. Quant aux diri-geants, ils peuvent acquérir 5% selon les mêmes modalités. La majorité du capital sera vendue aux enchères à un seul inves-tisseur pour éviter la dilution des actions. Le reste sera alors vendu dans le public en contrepartie des fameux "chèques". Seconde formule: les employés désireux d'acquérir une société pourront acheter 51% de ses actions payables en "chèques de privatisation" (50%) et en Roubles (50%). Le reste sera vendu dans le public. Le cabinet d'audit britannique Braxton Associés et le Crédit Commercial de France ont été choisis pour piloter les privatisations russes. Ils sont plus exactement à la tête du consortium d'experts occidentaux chargés d'assurer le Programme de Privatisation "de Masse" (PPM). Le choix a été porté sur ces établissements financiers en raison de leur expérience en matière de privatisation en Europe de l'Est, note Le Figaro Economie.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc