×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

La Banque du Japon a abaissé son taux d'escompte

Par L'Economiste | Edition N°:40 Le 30/07/1992 | Partager

APRES l'échec de son plan de relance au printemps dernier, le gouvernement japonais a affirmé solennellement, à l'issue d'une réunion de ministres et de responsables du Parti Libéral Démocrate, qu'il allait prendre à la mi-Septembre des mesures fiscales et monétaires pour ranimer l'économie japonaise de plus en plus enlisée. "Tant que le gouvernement n'annoncera pas de mesures concrètes de relance budgétaire, le marché japonais, qui broie actuellement du noir, ne croira pas à la reprise économique, et donc continuera de baisser", souligne un expert.
Le nouveau plan de soutien, qui combine le dopage des dépenses publiques et la baisse du coût de l'argent, reprend point par point pratiquement les mesures adoptées au printemps dernier.
Pour commencer, Tokyo a réduit Lundi 27 Juillet son taux d'escompte d'un demi-point à 3,25%. Il s'agit de la cinquième fois en un an que la banque centrale japonaise décide d'abaisser son taux directeur. Selon les autorités, cette baisse devrait donner une bouffée d'oxygène aux entreprises confrontées à une difficulté de gestion de leurs stocks, la demande ne décollant pas.
A la fin du mois de Mars dernier, le gouvernement nippon avait en effet déjà annoncé un premier programme d'urgence. Au cours des mois de Juin et de Juillet, notamment au sommet des sept pays les plus industrialisés à Munich, le Premier Ministre nippon avait indiqué que son gouvernement allait adopter un nouveau collectif budgétaire à l'automne.
Les nouvelles dispositions à mettre en oeuvre en Septembre sont devenues obligatoires face à l'absence persistante de signaux de reprise économique. Cette situation accentue la crise financière qui ne cesse de secouer l'archipel et freine les projets d'investissements. D'après une étude de la Bank of Japan, la confiance des patrons dans leur propre entreprise est au plus bas depuis cinq ans. Si l'ensemble des entreprises japonaises est actuellement touché par la crise, c'est dans le secteur de l'immo-bilier, principalement, que les faillites se font plus nombreuses. A finalité électorale, le plan de relance vise à rassurer les milieux économiques et financiers japonais. Cette volonté risque de ne pas aboutir car nombre d'économistes estiment que la reprise ne se manifestera pas avant le printemps prochain, et ce, avec ou sans programme de relance.o

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc