×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

La maintenance de la RAM consacrée par le JAR 145

Par L'Economiste | Edition N°:288 Le 10/07/1997 | Partager

L'agrément délivré au site de maintenance de la RAM lui ouvre des opportunités de marchés sur le vieux continent. Les ateliers de Nouasseur pourront ainsi faire valoir leur compétitivité dans un processus très consommateur de main-d'oeuvre.


Deux ans après avoir été lancé dans la démarche de certification, le Centre Industriel et Technique de la Royal Air Maroc vient de décrocher le très convoité agrément européen JAR 145. Le certificat est délivré pour une période de deux ans. La décision finale d'octroyer l'agrément au site de Nouasseur est intervenue après les conclusions d'un audit conduit par des ingénieurs de l'Aviation Civile Européenne. Durant deux semaines, de 8 heures à 20 heures, tous les domaines d'activité du centre ont été investigués de fond en comble, assure M. Rafik Hamayed Elmili, directeur du Centre Industriel Aéronautique. Tous les six mois, une évaluation devra être faite par des inspecteurs de la Joint Aviation Authorities, l'autorité européenne de l'aviation civile, pour s'assurer du respect des procédures. Des audits très approfondis seront réalisés sur le site industriel et au moindre dysfonctionnement, la sanction peut aller jusqu'au retrait du certificat.

Sur le chemin conduisant à la certification, la compagnie s'est faite assister par les consultants de Veritas, qui intervenaient en animant des séminaires de formation et de sensibilisation du personnel. L'agrément JAR 145 est un code comprenant des référentiels et des standards de procédures destinés aux entreprises exerçant la maintenance des avions. Elaboré en 1991, ce code est devenu obligatoire en 1995. Ce qui fait dire au PDG de la RAM, M. Mohamed Hassad, que "sa compagnie n'est pas en retard".
Au-delà de l'image de rigueur et d'organisation qui lui est associée, le certificat est un atout concurrentiel pour le pôle industriel et technique de la RAM. L'entretien des avions nécessitant de nombreuses heures de main-d'oeuvre, le centre de Nouasseur détient là un argument en raison du niveau relativement bas du coût de sa main-d'oeuvre par rapport à la concurrence. Elle pourrait lui ouvrir bien des opportunités en Europe. Des discussions sont déjà engagées avec des opérateurs français et allemands pour sous-traiter la maintenance des aéronefs sur le site de Nouasseur.

A ne pas confondre avec l'ISO


Dans la course à la compétitivité, la maintenance de la flotte est un gisement important de la compression des coûts d'ex-ploitation. Les compagnies s'orienteront de plus en plus vers des sites offrant des prestations bon marché.
A noter que, par rapport aux normes de l'ISO, la certification dans l'aéronautique et l'industrie militaire se situe un cran au-dessus sur le plan des exigences. Le JAR 145 ne doit donc pas être confondu avec l'assurance-qualité que délivre ISO.
Avec le JAR 145, la compagnie franchit un pas supplémentaire sur la voie vers la certification de l'ensemble de ses métiers. Déjà, les pôles Clients, Vol et surtout le Fret, "où régnait il y a sous peu une pagaille", se sont engagés sur la voie de la certification.
L'agrément JAR 145 n'est pas une mise à niveau, expression galvanisée ces derniers temps. A la compagnie, on préfère parler de mise en conformité par rapport à un référentiel établi par les autorités de l'Aviation Civile de l'Union Européenne, "car nous ne partons pas de zéro", précise M. Hamayed.

Pour la Direction du transporteur, "cette certification constitue une reconnaissance internationale de son savoir-faire en matière d'entretien des avions". Sur un autre registre, ses techniciens se voient également confortés dans leur expertise. L'agrément européen reconnaît de facto leur aptitude à exercer leurs compétences dans n'importe quel site de maintenance aéronautique en Europe.
Si l'on en croit le directeur du centre industriel de la RAM, la certification européenne est équivalente, sinon supérieure, à l'agrément de la FAA (l'Aviation Civile Américaine). La compagnie y est intéressée, mais les Américains ne délivrent leur agrément qu'au compte-gouttes. Pour l'obtenir, le centre demandeur devra prouver qu'il dispose d'une demande de travaux émanant de compagnies américaines. En fait, il s'agit d'une forme de protection déguisée assurée aux centres de maintenance américains.

Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc