×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La BCE en proie à un dilemme concernant ses taux

Par L'Economiste | Edition N°:2601 Le 03/09/2007 | Partager

. Réunion pleine de suspense le 6 septembre REMONTER les taux ou s’abstenir en attendant que la tempête financière soit calmée: la Banque centrale européenne va devoir répondre à ce dilemme lors d’une réunion de rentrée le 6 septembre qui s’annonce pleine de suspense.Début août, tout semblait clair: la BCE relèverait le 6 septembre son principal taux pour la neuvième fois depuis décembre 2005. Son président Jean-Claude Trichet avait souligné la nécessité d’exercer une «grande vigilance» sur les risques inflationnistes liés à la croissance vigoureuse dans la zone euro et à la montée des prix du pétrole. L’emploi de ces mots clés a invariablement conduit à un durcissement des conditions du crédit le mois suivant, et ce depuis le début du cycle de remontée des taux. Mais la crise des crédits immobiliers à risque aux Etats-Unis et la bourrasque qu’elle provoque sur les marchés financiers, a enrayé ce scénario bien huilé.«Grande vigilance/subprime: le résultat de ce bras de fer lors de la réunion de jeudi est complètement ouvert», estime Alexander Krüger, analyste à la WestLB.Le président de la Banque centrale a récemment ouvert la voie à un statu quo, mais sans exclure non plus de resserrer la vis. «La BCE ne s’engage jamais à l’avance dans ses décisions de politique monétaire», a-t-il réaffirmé. Les gardiens de l’euro ont fait leur diagnostic début août, avant le déclenchement de la crise. «L’évaluation du Conseil des gouverneurs aura lieu le 6 septembre», a-t-il dit.Plusieurs voix -notamment celle du gouvernement français et de huit économistes allemands influents- se sont élevées récemment pour demander à la BCE de renoncer à remonter ses taux directeurs à la rentrée. La Confédération européenne des syndicats (CES) lui demande même d’envisager une baisse des taux, façon de montrer qu’elle est prête à «défendre la croissance et les emplois».Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc