×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    L’autoroute Settat-Marrakech opérationnelle début avril
    Entretien avec Karim Ghellab, ministre du Transport et de l’Equipement

    Par L'Economiste | Edition N°:2482 Le 12/03/2007 | Partager

    C’est officiel. Les premières voitures devraient emprunter l’autoroute reliant Settat à Marrakech dès la première semaine d’avril. Les chantiers seront achevés en totalité d’ici fin mars. C’est ce que promet Karim Ghellab, ministre du Transport et de l’Equipement. Dans cet entretien, où il revient sur la qualité du projet qualifié d’emblématique  et «réalisé en un temps record», Ghellab explique aussi les causes du retard et pourquoi certaines sociétés ont été dessaisies du chantier.  . L’Economiste: On avait annoncé l’autoroute Settat-Marrakech pour mars. Le deadline sera-t-il respecté? - Karim Ghellab: Nous faisons tout pour cela. Nos équipes sont complètement mobilisées et nous mettons tout en œuvre pour achever d’ici fin mars les travaux et opérer la mise en service de l’autoroute. . Où en sont exactement les travaux? - Entre Settat et Skhour Rhamna. Le chantier est en voie d’achèvement et toutes les ressources sont mobilisées pour une livraison dans les prochaines semaines. Sur les sections entre Skhour Rhamna et Marrakech, nous en sommes aux travaux de finition et de nettoyage des ouvrages de génie civil. Les travaux complémentaires d’équipement des voies en dispositifs de sécurité et de signalisation ont déjà été engagés.. L’autoroute sera-t-elle opérationnelle dans sa totalité ou par tronçons? - Nous voulons ouvrir l’ensemble à la circulation au mois d’avril et les travaux se déroulent d’une façon qui nous permettra d’ouvrir en totalité l’autoroute, comme prévu. C’est certainement plus difficile que de lancer les projets sous forme de réalisations par sections successives, avec des mises en services partielles, à l’image de ce qui s’est fait pour l’autoroute d’El Jadida. . Pourquoi? - L’impact sur les citoyens et sur le développement socioéconomique est meilleur.La comparaison est simple: Casablanca-El Jadida (80 km) a démarré en juillet 2001 et a été achevée en octobre 2006. Soit une durée de réalisation d’environ 5 ans et demi. En revanche, Settat-Marrakech, 143 km, soit un peu moins que le double, aura été réalisée en deux ans et 9 mois. C’est-à-dire 2 fois moins de temps. On retrouve d’ailleurs, sur cet exemple, la multiplication par 4 de la cadence de réalisation des autoroutes dans notre pays, à savoir le passage de 40 km/an en moyenne durant la dernière décennie à 160 km/an sur la période 2006-2010.. Mais vous reconnaissez qu’il y a eu du retard pour Marrakech?  - Oui. Mais n’oubliez pas que l’autoroute Settat-Marrakech est et reste le chantier autoroutier le plus emblématique réalisé jusqu’à aujourd’hui dans notre pays. En quelques mois, ce projet, dont la réalisation apparaissait au début utopique, a vu son problème de financement réglé, ses caractéristiques techniques définies et ses travaux de réalisation démarrés sur l’ensemble des tronçons. Je pense que partant de ces faits, on ne peut pas parler, objectivement et en dépit du rendez-vous manqué du 31 décembre 2006, de retard dans sa réalisation. Je rappelle à ce titre que le délai de réalisation que nous avions projeté et annoncé pour cette autoroute constituait, dès le départ, une vraie gageure à laquelle nous avons ajouté le second pari d’engager les entreprises nationales sur un chantier colossal pour les faire profiter d’expériences inédites à ce jour. Il faut signaler que cette réduction de délais est le fruit du raccourcissement des délais d’étude, de déplacement des réseaux et de libération des emprises, qu’on a menés en parallèle avec les travaux de réalisation. . Des adjudicataires ont rencontré de sérieuses difficultés et on leur a retiré le chantier…- Des difficultés ont été rencontrées par certaines entreprises dans le chantier entre oued Oum Rbia et Skhour Rhamna. Aussi, pour ne pas prendre du retard, nous les avons dessaisies des travaux. Nous avons également dû subdiviser ladite section en deux sous-sections, afin de pouvoir rattraper le retard par la répartition des efforts entre deux entreprises. Le chantier a été adjugé, au terme d’une consultation ouverte, respectivement à l’entreprise Dogus pour la première sous-section, la plus courte, et un groupement d’entreprises composé de Sintram, Houar, Megec et Seprob, pour une deuxième sous-section plus longue. Je voudrais souligner la forte réactivité face aux défaillances des entreprises par la prise des mesures les plus opportunes permettant de livrer cette infrastructure complexe, en un temps qui restera, je le répète en dépit du glissement de calendrier, un record du fait de la taille du chantier, du nombre des ouvrages qui composent le projet et aussi de la diversité des intervenants. Le pont sur oued Oum Rbia, aujourd’hui complètement achevé et qui a été confié successivement à trois entreprises, est un exemple qui illustre la complexité de réalisation rencontrée dans ce projet.


    Plusieurs entreprises

    En novembre 2004, les travaux du pont de oued Oum Rbia avaient été confiés à une première entreprise. Très vite des signes de défaillances ont été détectés. Le contrat a été résilié fin janvier 2005. Le marché a été relancé et adjugé à une autre entreprise. Le cahier des charges prévoyait un délai de 18 mois pour la réalisation des travaux. Malheureusement, celle-ci n’a pas non plus respecté ses engagements. Et finalement, c’est une troisième société qui a mobilisé les moyens nécessaires et redressé la situation du chantier en garantissant et la visibilité crédible sur le déroulement des travaux et la livraison de l’ouvrage dans le délai contracté. Aujourd’hui, le pont est entièrement achevé. Propos recueillis par Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc