×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L’Apec réuni pour sauver la libéralisation des échanges

Par L'Economiste | Edition N°:2153 Le 17/11/2005 | Partager

. Au programme aussi, le nucléaire nord-coréen, la lutte contre la grippe aviaire et la menace terroristeLES dirigeants du Forum de coopération économique Asie-Pacifique (Apec) se réunissent vendredi à Pusan, en Corée du Sud, dans une atmosphère dominée par un sentiment d’urgence face au blocage des négociations sur le commerce mondial.Le sauvetage des discussions entamées en 2001 à Doha, au Qatar, et largement bloquées depuis 2003, était depuis longtemps au coeur de l’agenda des responsables des 21 membres de l’Apec, qui représentent 40% de la population mondiale et plus de la moitié de son économie.Mais le dossier a acquis une urgence plus importante encore cette semaine, au cours des rencontres au niveau ministériel du groupe. A un mois de la réunion de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) de Hong Kong, une issue positive des négociations semble improbable pour de nombreux responsables. La réunion du temple du commerce mondial «n’avait pas été prévue comme la fin des négociations», relevait, mercredi 16 novembre, le représentant américain au Commerce, Robert Portman, anticipant déjà un échec. «Elle devait être une étape-clé et permettre d’établir une feuille de route», a-t-il ajouté, en craignant que cette feuille de route se révèle plus ambiguë et moins précise que prévue.L’Apec compte six des 17 pays du Groupe de Cairns (dont l’Australie), qui milite pour des coupes claires dans les subsides aux agriculteurs. Un programme qui ne peut guère séduire l’Union européenne. Bruxelles estime avoir déjà beaucoup offert dans ce domaine.Les 21 de l’Apec, d’abord incapables de se mettre d’accord sur une déclaration commune dans ce dossier, ont finalement rédigé mercredi un texte, que devraient signer leurs dirigeants samedi, et qui ne nomme pas directement l’UE mais souligne clairement le besoin d’avancer dans le dossier agricole. «Si des avancées ne sont pas faites dans ce domaine, nous ne pouvons pas faire des progrès dans les négociations dans leur ensemble», souligne l’Apec.Mercredi, 56 personnes ont déjà été interpellées à Séoul après une manifestation de 12.000 agriculteurs opposés à l’ouverture partielle du marché sud-coréen du riz. Les affrontements avec les forces de l’ordre ont fait 130 blessés. Les responsables devraient par ailleurs aborder des sujets aussi variés que les négociations sur le programme nucléaire nord-coréen, la lutte contre la grippe aviaire et la menace terroriste.


L’excédent commercial chinois inquiète

LES pays de l’Asie-Pacifique (Apec) ont exprimé leur inquiétude, mercredi 16 novembre, à l’égard de l’excédent commercial chinois, qui a augmenté, selon eux, de 50% cette année et devrait continuer à croître. «C’est un phénomène très nouveau. Si l’excédent continue de grossir, il deviendrait un sujet d’inquiétude pour le monde», a indiqué le président du Comité économique du Forum de coopération économique d’Asie-Pacifique (Apec), Lee Kyung-Tae. Le responsable a aussi souligné que la plupart des monnaies asiatiques, notamment le Yuan, faisaient l’objet d’une importante pression à la hausse de la part des marchés à cause de l’excédent croissant de leurs balances des paiements. «Pour limiter les effets négatifs du déséquilibre persistant des balances des paiements sur les économies du monde et de l’Apec, une coordination plus étroite des politiques macroéconomiques est souhaitable», y compris en ce qui concerne les taux de change et la coordination des politiques fiscales, indique un rapport du comité. Selon Lee, le déficit commercial américain est un «miroir» de l’excédent structurel et chronique des économies asiatiques, au premier rang desquelles la Chine, la Corée du Sud, Taïwan et les pays d’Asie du Sud-Est.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc