×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
International

Israël: Echec de la rencontre Netanyahu-Livni

Par L'Economiste | Edition N°:3180 Le 29/12/2009 | Partager

. Au sujet d’un cabinet d’unionLe Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et la chef du parti centriste Kadima (opposition) Tzipi Livni ne sont pas parvenus à s’entendre lors d’une rencontre dimanche dernier sur la formation d’un cabinet d’union national. Dans ce contexte, la fraction parlementaire du Kadima, convoquée pour lundi, devrait rejeter l’offre du Premier ministre et chef du Likoud, de rejoindre son cabinet. La rencontre qui s’est déroulée dans un climat de méfiance, a été marquée par des échanges de propos assez vifs. Livni a ainsi accusé Netanyahu de tenter de provoquer une scission de Kadima en faisant miroiter des postes à des élus du parti. Netanyahu a proposé à Livni deux à trois postes de ministres sans portefeuille ni pouvoir réel pour prix de son ralliement à sa coalition gouvernementale, selon les journaux.Le Premier ministre a insisté lors de la rencontre qu’il n’y aurait ni tractations sur ses propositions, ni amendement au programme du gouvernement, et qu’il entendait en outre superviser personnellement le processus de paix. Netanyahu avait justifié son offre par les «défis locaux et internationaux auxquels Israël fait face».Par ailleurs, l’Autorité palestinienne a dénoncé, hier lundi, les appels d’offres lancés par Israël pour des centaines de logements dans des quartiers de colonisation de Jérusalem-Est (annexée). «L’Autorité palestinienne condamne la nouvelle décision de construire à Jérusalem-Est ce qui pose la question si Israël entend geler la colonisation ou au contraire l’accélérer» a déclaré, Saëb Erakat, le principal négociateur palestinien. Il a appelé Washington à «réaliser que la politique du gouvernement israélien vise à renforcer la colonisation au lieu de chercher la paix».Le ministère de l’Habitat israélien a lancé des appels d’offres portant en tout sur près de 900 logements qui doivent être construits notamment à Névé-Yaacov, Pisgat-Zeev et Har-Homa, dans la partie orientale de la Ville sainte conquise et annexée en juin 1967. Quelque 200.000 Israéliens vivent dans ces quartiers, aux côtés de 270.000 Palestiniens.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc