×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Iran: Les circuits financiers visés par des sanctions

Par L'Economiste | Edition N°:3175 Le 22/12/2009 | Partager

. Particulièrement les secteurs bancaires et d’assurances . L’option militaire toujours sur la table LES sanctions accrues contre l’Iran, objet d’un travail des Occidentaux, porteraient sur «tous les circuits d’assurances et de banques», a déclaré hier lundi le chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner, en se prononçant à nouveau contre des mesures contre la population. Les six puissances travaillant sur le dossier du nucléaire iranien (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) s’orientent de plus en plus vers la prise de sanctions accrues contre Téhéran qui a rejeté jusqu’à présent les offres de dialogue des Occidentaux. Ces derniers soupçonnent l’Iran de chercher à acquérir la bombe nucléaire sous couvert d’un programme nucléaire civil, ce que dément Téhéran. «Cela fait trois ans que nous faisons à la fois du dialogue et parfois quelques sanctions qui sont toujours faites à cinq (les 5 membres du Conseil de sécurité). Les Russes sont déjà à bord et les Chinois suivront», a assuré Kouchner. «J’ai toujours dit que je ne souhaitais pas des sanctions qui frappaient la population», a aussi affirmé le ministre, qui avait déjà, fin septembre, affirmé son opposition à des mesures touchant le peuple. «Des sanctions qui toucheraient le pétrole et la fourniture de l’essence me paraissent possiblement - je ne suis pas sûr d’avoir raison - contre-productives», a enfin souligné Bernard Kouchner. Par ailleurs, les efforts diplomatiques à l’égard de l’Iran constituent «les meilleurs outils» face aux ambitions nucléaires de Téhéran, mais le Pentagone doit être prêt à présenter à la Maison Blanche des «options militaires», a réaffirmé hier lundi le chef d’état-major américain. «Une solution n’est pas encore en vue, mais je soutiens pleinement les efforts accomplis pour trouver des solutions diplomatiques aux tensions existantes» avec l’Iran, souligne l’amiral Michael Mullen dans un document daté de lundi sur les orientations stratégiques de l’état-major américain en 2009-2010. A noter que l’Iran poursuivra ses activités nucléaires «de manière normale» et produira lui-même le combustible nécessaire au réacteur de recherche médicale de Téhéran, a affirmé lundi 21 décembre le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki. Le groupe des 5+1 avait proposé en octobre dernier à l’Iran un échange simultané de 1.200 kilos d’uranium faiblement enrichi (70% du stock iranien, selon l’Agence internationale pour l’énergie atomique, AIEA) contre le combustible enrichi à 20% dont Téhéran dit avoir besoin pour ce réacteur. Téhéran a refusé cette proposition, ce qui a entraîné sa condamnation par l’AIEA en novembre, et la menace de nouvelles sanctions internationales à l’ONU.Synthèse L’Economiste

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc