×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Irak: Poursuite des négociations entre la coalition et Moqtada Sadr

Par L'Economiste | Edition N°:1746 Le 13/04/2004 | Partager

. Les Irakiens s'attendent à une réponse positive des USALES négociations se poursuivaient pour parvenir à un accord global entre la coalition et le chef rebelle chiite Moqtada Sadr susceptible de mettre fin aux affrontements dans les villes chiites, a indiqué hier lundi un médiateur du parti chiite Dawa. “Nous ne sommes pas encore parvenus à un accord global. Nous attendons l'approbation de la coalition sur un projet de solution négociée” à la crise, a déclaré Adnane al-Assadi, numéro deux du Dawa, qui participe à la médiation. Il a affirmé s'attendre à “une réponse positive” des Américains, qui ont “accepté de confier cette affaire à des médiateurs”. L'accord annoncé plus tôt, aux termes duquel la police a repris le contrôle de la ville sainte après le retrait des miliciens de l'Armée du Mehdi de leurs postes, doit encore être entériné par les troupes de la coalition.Cet accord partiel prévoit que les troupes de la coalition restent en dehors de Najaf en raison de la sainteté des lieux, un des hauts lieux du pèlerinage des chiites dans le monde. “Je ne suis pas au courant d'un tel accord”, a affirmé un porte-parole de la coalition. “L'Etat de droit doit prévaloir en Irak. C'est complétement illégal que des sièges de gouvernement et des biens publics soient saisis par des milices illégales”, a dit Dan Senor lors d'une conférence de presse. L'accord négocié exige que l'Armée du Mehdi, milice armée du chef rebelle, “s'engage publiquement à respecter l'ordre et les institutions de l'Etat et qu'elle renonce à enfreindre les lois”, a indiqué Assadi. Pour sa part, la crise des otages japonais enlevés, à son cinquième jour, était toujours dans l'impasse. A l'heure où nous mettions sous presse, la seule certitude est que les trois civils nippons, enlevés la semaine dernière, sont aux mains des Irakiens. Tokyo n'a pas d'informations plus précises sur leur sort. Selon un diplomate japonais à Amman, il n'y a “aucun progrès” dans les négociations visant à faire libérer le trio. Auparavant, un “médiateur” irakien, Mezher al-Doulaïmi, a indiqué “qu'un grand pas en avant” a été franchi “en ce qui concerne les demandes” des ravisseurs. Aussi, d'autres enlèvement ont eu lieu et ont concerné des ressortissants chinois.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc