×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Proche-Orient: Sharon défend le plan de séparation

Par L'Economiste | Edition N°:1746 Le 13/04/2004 | Partager

. Il doit le soumettre mercredi à George Bush . Les colons ne cessent de déjouer les opérations de démantèlement L'application de la feuille de route est de nouveau à l'ordre du jour, alors que la situation ne connaît aucune amélioration au Proche-Orient. Le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, a mis en avant dimanche les avantages pour Israël, et pour le processus de paix de son plan de séparation avec les Palestiniens. Un plan qu'il va soumettre demain mercredi à Washington au président américain George W. Bush. Sharon table sur un soutien affiché du président Bush pour remporter le référendum sur son plan, fixé au 29 avril, auquel prendront part les 200.000 membres du Likoud. Son plan prévoit une évacuation de la bande de Gaza, celle de quelques colonies isolées du Nord de la Cisjordanie et un redéploiement des troupes israéliennes à peu près sur le tracé controversé de la barrière de séparation construite en Cisjordanie, et qui englobe les principaux blocs de colonies juives. Un proche collaborateur de Sharon avait précisé que le Premier ministre allait s'engager par écrit auprès du président Bush pour un retrait de la bande de Gaza, et au démantèlement de quatre colonies de Cisjordanie, mais sans donner de calendrier. Les colons israéliens sont opposés à ce projet de Sharon. En témoignent les affrontements violents, fin mars, entre les forces de l'ordre et de jeunes colons. Depuis, les colons et l'armée jouent au chat et à la souris, les premiers tentant de rebâtir la colonie à la sauvette, les seconds rappliquant aussitôt pour démolir le travail accompli. C'est dans ce contexte que devait avoir lieu hier, la rencontre entre Bush et Hosni Moubarak. A l'ordre du jour, des entretiens consacrés essentiellement au conflit israélo-palestinien, mais aussi les projets américains de réforme au Proche-Orient. Cette visite du raïs égyptien marque le début d'une série d'entretiens que l'administration Bush doit mener avec les principaux protagonistes du conflit israélo-palestinien. Le président doit ainsi recevoir le 14 avril à Washington le Premier ministre israélien, Ariel Sharon, puis le 21 avril le roi Abdallah II de Jordanie. Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Nabil Chaath, sera également dans la capitale fédérale américaine du 19 au 25 avril où il rencontrera le secrétaire d'Etat, Colin Powell.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc