×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Intempéries
La Météo annonce une éclaircie dès aujourd’hui

Par L'Economiste | Edition N°:3415 Le 01/12/2010 | Partager

. 178 mm de pluies en 24 heures à Casablanca et 155 à Mohammedia . Trois unités de production à l’arrêt à la SamirLES très fortes pluies qui se sont abattues depuis le début de la semaine ont occasionné de nombreux dégâts. Une éclaircie est néanmoins attendue aujourd’hui, mercredi 1er décembre. Et les précipitations vont se stabiliser d’ici la fin de la soirée. Ces fortes pluies, qui ont paralysé routes et autoroutes, sont provoquées par une masse nuageuse due à une perturbation atmosphérique au large de l’océan atlantique. «Cette perturbation a abordé le pays par le nord et depuis lundi elle est sur les plaines océaniques, c’est-à-dire à l’Ouest de Tanger jusqu’au Souss», indique Mohammed Bellaouchi, Ingénieur général à la direction de la Météorologie nationale. Il affirme aussi que depuis le début des intempéries près de 18 alertes ont été données. « Si les pluies atteignent 30 millimètres en moins de 12 heures nous déterminons la zone menacée et le bulletin météorologique donne toutes les précisions nécessaires». A elle seule, Casablanca a enregistré 178 mm depuis lundi 29 novembre à 6 heures du matin au mardi à la même heure. Dans cette ville, les importantes précipitations se sont poursuivies entrainant au passage des dégâts qui à l’heure où nous mettions sous presse n’étaient pas encore évaluée. En tout cas, dans certaines entreprises les salariés n’ont pu rejoindre leurs postes, les écoles sont restées fermées et certaines habitations ont été envahies par les eaux. Même dans les quartiers «huppés», les eaux ont envahi les caves ou les garages. Certains immeubles, neufs ou vieux, ont connu des infiltrations d’eaux, mettant à nu les défauts dans les constructions. Magasins, épiceries et petits commerces sont restés clos dans certaines zones. A Mohammedia, la pluviométrie a atteint 155 millimètres. Les habitants de certains douars (Massira sur le boulevard Ryad) ont été évacués. Et les points d’accès vers l’autoroute sont bloqués par les eaux. La Samir, le site stratégique de la zone, a arrêté trois unités de production. « L’hydrocracker est maintenu en activité parce qu’il est conçu de manière à faire face à ce risque. Pour les autres unités nous préférons éviter tout danger», affirme Mohammed Ghiate, directeur des Ressources humaines & relations institutionnelles à la Samir. Pour l’instant, aucun problème d’approvisionnement ne se pose. Un stock de 2 mois étant disponible et la reprise des unités de production est prévue au plutard jeudi. « Un plan d’opération interne est mis en place pour gérer la situation de crise. Il est similaire à celui en vigueur dans les pays européens. Le personnel et le management est mobilisé 24 heures sur 24», poursuit Ghiate. A la Samir, les eaux ont atteint un niveau de 1,5 mètre dans certains bureaux. Dans d’autres villes comme Sidi Slimane et Taza, les pluies ont atteint respectivement 78 mm et 60 millimètres. Là elles n’ont pas occasionné de dégâts comme à Casablanca. Idem à Meknès et Agadir ou les pluies ont atteint respectivement 45 mm et 21 mm. En revanche, à El Hoceima on déplore un mort et 6 personnes sont disparues alors que 24 personnes ont trouvé la mort dans la chute d’un bus au niveau d’un oued sur la route reliant Casablanca et Bouznika. Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc