×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Intégrales de l’InvestissementMoroccan Investment Network, un réseau fractal

Par L'Economiste | Edition N°:2672 Le 13/12/2007 | Partager

. Agence pour la promotion de l’investissement en gestation. Rôle fondamental de l’information professionnelle et cibléeRevoici le temps des Intégrales de l’Investissement. Ce rendez-vous du monde économique, où sont attendues près de mille personnalités marocaines et étrangères, a retenu pour sa 5e édition, prévue les 13 et 14 décembre à Skhirat, le thème «Les investisseurs marocains du monde, acteurs de la diplomatie économique».Investir est un acte de confiance provoqué par la connaissance du marché, l’évaluation du risque et celle de la rentabilité. A ce stade de développement, le Maroc veut et doit challenger la confiance internationale. Le pays a entamé une phase de construction, d’affinement de son offre (affinement sectoriel, affinement territorial) et de sens pour son développement. Soit autant d’opportunités d’investissements et autant de pressions pour pérenniser cette croissance (principalement le capital humain et l’énergie). Le corollaire de ce développement, la promotion économique, requiert une plus grande agressivité de l’action: l’intégration et la connaissance, fines, des réseaux économiques mondiaux avec une partition différenciée et commune à tous les acteurs de cette «diplomatie économique». C’est ainsi que sont posés les termes du débat initié par la 5e édition des Intégrales de l’Investissement, mais aussi par plusieurs acteurs économiques et politiques. Le gouvernement prône, par ailleurs, une inversion de vue: agir au niveau des marchés mêmes et non plus du Maroc. Le ministre des Affaires générales et économiques, Nizar Baraka, tout comme Hassan Bernoussi, l’instigateur des Intégrales de l’Investissement, ou encore Hassan Abouyoub, ambassadeur itinérant et président de la Commission scientifique, tiennent avec leurs mots le même discours. Ils annoncent aussi le projet d’une Agence de promotion de l’investissement.A la base d’une bonne promotion économique, un seul leitmotiv pour la Direction des investissements: l’information, l’information, l’information. L’information intelligente destinée aux femmes et hommes ayant les potentiels de provoquer les actes d’investissements au Maroc, à l’instar de ces hauts cadres marocains qui investissent Wall Street ou la City, ou encore le top management de géants mondiaux comme Procter and Gamble. C’est le principe du réseau «Moroccan Investment Network» (MIN) promu par la DIE. Son rôle est d’informer, mutualiser les efforts de promotion du Maroc, dématérialiser et donc rendre multipliable à souhait les contacts efficaces. L’économie de temps et d’argent de ce principe étant évidente. Des pays comme Israël ou encore la Chine ont pu bénéficié de l’action de leurs nationaux là où ils sont implantés. Seront présentées par ailleurs lors de l’évènement les expériences de pays tels que la Chine, l’Irlande, la Suisse, etc. ayant développé des programmes efficaces de mobilisation de leurs nationaux à l’étranger. Ces pays, explique la DIE, ont «réussi à combiner reconnaissance et sensibilisation des potentiels à l’étranger, mobilisation autour d’une démarche commune et organisation d’un réseau efficace, acteur dynamique au service du développement économique du pays».Les diasporas chinoises, par exemple, jouent un rôle fondamental pour doper les exportations chinoises sur les marchés ciblés. Le cas israélien est intéressant dans la mesure où la mobilisation de sa diaspora a bénéficié au transfert de connaissances et de technologies.En réalité, l’un (construction de l’offre) est le pendant de l’autre (promotion). L’histoire du Maroc indépendant le montre: lors de la deuxième grande phase de réformes de libéralisation du Maroc (années 1990), les mécanismes de promotion ont eu un impact flou, stéréotypé, monolithique et réducteur (le label Maroc sur l’orange…), et pas toujours destiné aux bons interlocuteurs. Aujourd’hui encore, la cacophonie règne.Quand on ne sait pas exactement quoi vendre, comment bien le vendre et auprès de qui? Actuellement, et derrière l’enjeu pressant de la création d’emplois, l’identité économique du Maroc émerge peu à peu. On sait exactement ce qu’on veut devenir pour le tourisme, pour l’industrie automobile, pour le textile, le transport aérien, etc. Puis, un nouveau discours, encore frais, émerge: la priorité d’arrimer développement humain et développement économique, donc recentrer le capital humain dans le modèle de croissance économique. C’est exactement ce que propose le MIN s’agissant de la promotion économique. C’est ainsi, en se donnant du sens, que le Maroc ressent l’importance d’en donner à ses partenaires. Encore faut-il correctement le faire savoir.


Construire l’offre de communication

«Communiquer c’est un métier», répète à son tour le patron de la Direction des investissements, Hassan Bernoussi. A l’instar du contenu, la DIE insiste sur l’urgence de construire une offre de communication également. Pour communiquer, il faut:- Elaborer les messages- Faire porter le message par un professionnel- Recueillir le feed-back du message pour agir en conséquence.


Principe actif

Le principe actif du «Moroccan Investment Network» est de constituer un réseau de prescripteurs et de liants efficaces.Ce modèle permet une connexion internationale entre les compétences qui ont les moyens de contribuer à l’acte d’investir au Maroc. Combien d’opportunités possibles au Maroc pour un directeur central marocain de P&G.Le Maroc devient ainsi promu au sein même des différents pays par des prescripteurs compétents.Pour implémenter ce réseau, la DIE explique procéder par étapes:1. Faire connaître le réseau2. Diffuser et faire approprier l’idée auprès des prescripteurs3. Fournir l’information de qualité à ces prescripteurs4. Analyser les demandes (feed-back de la DIE à la requête, au projet, d’un prescripteur)5. Gérer le flux d’informations généré par ce réseau et capter les projets, ou les investisseurs concretsH.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc