×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Insolite

    Par L'Economiste | Edition N°:2077 Le 02/08/2005 | Partager

    . Fromage aquatique Une équipe de plongeurs fouille le fond de la Baie des Ha! Ha!, dans le nord-est québécois, à la recherche d’un précieux trésor: 800 kilos de cheddar immergés par un entrepreneur local qui entend révolutionner la fabrication du fromage. «Il y a quelques années un pêcheur est venu chez nous et nous a révélé qu’il avait trouvé un morceau de fromage Boivin au fond du lac. Il l’a ressorti, a hésité, l’a mangé et nous a révélé que c’était l’un des meilleurs fromages qu’il ait mangés de sa vie», a raconté à l’AFP Luc Boivin, responsable de la fromagerie qui porte son nom. Etonnée par l’aventure gastronomique de ce pêcheur, la fromagerie Boivin, établie depuis 4 générations, a consulté des études scientifiques et en a tiré deux conclusions: «le fond de l’eau est une bonne chambre froide», «la pression accélère l’affinage du fromage». Résultat, la fromagerie familiale a largué 10 barils de fromage, 800 kilos de cheddar, par 40 mètres de fond dans les eaux de la Baie des Ha! Ha!, au Saguenay, afin de fabriquer ce mythique fromage. . Motardes lesbiennes Des motocyclistes lesbiennes de San Francisco s’opposent à l’administration qui refuse d’enregistrer le nom de leur club, estimant qu’il est choquant, selon la municipalité, qui pourrait décider de soutenir leur combat. Depuis 30 ans, le club de motardes «Dykes on bikes», littéralement «Gouines sur bécanes», ouvre la gay parade de San Francisco, la marche de la fierté homosexuelle et lesbienne dans cette ville connue pour sa tolérance en la matière. Mais lorsque les motardes ont voulu protéger le nom de leur club en le déposant, l’administration américaine a refusé, au motif que «gouine» était un terme péjoratif et choquant. . Elle accouche d’un mort-né… 27 ans plus tardUne Indonésienne a «accouché» d’un bébé mort avant terme, après l’avoir gardé dans son ventre pendant 27 ans, ne disposant pas de l’argent nécessaire pour se faire opérer, selon des sources médicales. Une équipe de quinze docteurs a opéré la patiente de 54 ans pendant trois heures et retiré le bébé desséché de 1,6 kg, à l’hôpital Sutomo de Surabaya, sur l’île de Java. «C’est peut-être un record mondial, la femme a porté le bébé décédé mais complètement développé durant 27 ans», a déclaré le docteur Urip Murtejo, précisant que la patiente était en bonne santé et qu’elle récupérait de son opération à l’hôpital. Son bébé était mort avant terme en 1978 après s’être développé hors utérus mais sa mère ne pouvait payer les frais médicaux, a expliqué le docteur.. A deux ans, il survit 4 jours seul en forêtUn enfant de deux ans d’origine yéménite habitant la région de Homberg (Hesse, centre) a apparemment passé quatre jours seul dans une forêt, avant d’être retrouvé épuisé mais sain et sauf par deux soldats allemands, a indiqué la police. Nabil, disparu, était assis dans une flaque en pleine forêt, à près de trois kilomètres de l’aire de jeux où il avait été vu pour la dernière fois. «Il avait faim et surtout très soif. Apparemment, il était également très fatigué», a expliqué le porte-parole de la police de Homberg. L’état de santé du petit garçon yéménite est relativement bon. L’hypothèse d’un enlèvement n’est pas exclue, l’enfant ayant pu être abandonné par son ravisseur en pleine forêt. Le médecin légiste n’a fait état d’aucune trace d’acte de violence. L’enfant a été transporté à l’hôpital et sera interrogé jeudi, avec l’aide d’un interprète..Il donne son sang pour la 350e foisUn Sud-Africain de 79 ans a battu son propre record du monde en donnant son sang pour la 350e fois, ajoutant qu’il souhaitait le porter à 365. «Ma prochaine cible est 365 dons de sang. Ce sera un jeu d’enfant. Mais maintenant, je veux seulement ma tasse de thé», a déclaré Maurice Creswick à l’agence de presse sud-africaine SAPA. Creswick, dont le record figure au livre Guiness des records, a expliqué qu’il a commencé à donner son sang après avoir vu à l’âge de 11 ans un tram rentrer dans une voiture à Johannesburg. «Il y avait cinq personnes dans cette voiture, qui étaient toutes vêtues de blanc car elles allaient jouer au tennis. Après l’accident, leurs habits étaient devenus écarlates. Je me suis alors promis que je ne resterai plus jamais inactif quand d’autres auraient besoin de mon aide», a-t-il raconté. Son record représente un événement historique pour le don de sang en Afrique du Sud et dans le monde. Maurice Crewick est la première personne à avoir jamais donné 350 pintes (175 litres) de sang comme volontaire non payé. . Piégé en train d’uriner dans un vaseUn plombier a été condamné à 150 heures de travaux d’intérêt général et 3.778 livres (5.468,72 euros) d’amende pour avoir uriné dans un vase dans une maison où il effectuait des réparations. Roy Williams, âgé de 47 ans, a été l’un des artisans piégés par une des maisons créées par le gouvernement britannique pour tester le comportement des entrepreneurs. Ces maisons factices sont truffées de caméras, dissimulées dans des boîtes de céréales ou des canetons en plastique, pour vérifier l’honnêteté des artisans. Une caméra a filmé le plombier en train d’uriner dans un vase. Il avait ensuite vidé le vase dans le réservoir d’eau chaude de la maison. Purger le réservoir avait coûté aux autorités 700 livres (1.000 euros). Le plombier a assuré à la cour qu’il avait deviné être dans une maison factice et qu’il avait uriné pour protester contre la méfiance dont sont victimes les entrepreneurs. Son seul regret: que la vidéo ait été diffusée à la télévision. Sa femme a été contrainte de vendre le bureau de poste qu’elle tenait dans le Sussex et de changer de région, avec leurs trois enfants, suite à l’affaire. «Cela a détruit ma vie», a constaté M.Williams, qui ne devrait plus exercer sa profession.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc