×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Industrie automobile
Les droits d’importation baissent

Par L'Economiste | Edition N°:2917 Le 08/12/2008 | Partager

. La mesure est applicable dès janvier 2009. Le camion et l’utilitaire passeront à 35%. 27,5% pour les voitures made hors UECadeau de fin d’année pour le montage local de véhicules automobiles! Les tarifs des droits d’importation pour un certain nombre de produits CKD (Completly knockdown) seront revus à la baisse à partir de janvier prochain.Une disposition qui vise à réduire le nombre et le niveau des taux du droit à l’importation. Il s’agit aussi de simplifier, rationaliser voire harmoniser les tarifs douaniers en général. Ces révisions viennent, rappelons-le, suite aux constats de différentes institutions internationales telles que le FMI ou encore la Banque mondiale. Elles ont jugé que le taux de 50% est «élevé et constitue une contrainte majeure à la croissance au Maroc». A cet effet, les pouvoirs publics ont convenu de prévoir un processus de réduction progressive des niveaux des quotités du droit d’importation. Des réformes tarifaires sectorielles ont été élaborées en concertation avec les professionnels. Outre certains produits manufacturés, elles ont touché principalement les secteurs du textile, du cuir et celui des cosmétiques. Les modalités tarifaires dans les secteurs de la plasturgie et du papier-carton sont en cours de concrétisation, signale-t-on auprès du département de l’Industrie et du Commerce.Au-delà des droits dérogatoires pour véhicules conventionnés (Logan et autres), cette mesure concerne les tracteurs importés à l’état démonté, les tracteurs routiers pour semi-remorques, les tracteurs à chenille... L’on entend par tracteurs les véhicules moteurs essentiellement conçus pour tirer ou pousser d’autres engins.Certains camions bénéficieront également de la baisse. Il en est de même pour les véhicules de transport de 10 personnes ou plus (chauffeur inclus) importés à l’état démonté. Les voitures de tourisme ne sont pas en reste. De même que les véhicules tout-terrain à quatre roues motrices importés à l’état démonté. Pour rappel, il a été procédé à une baisse du droit d’importation maximum appliqué sur les produits industriels de 50 à 45% et de 45 à 40% dans le cadre des lois de Finances 2007 et 2008. Concrètement, dès le début de la nouvelle année, le camion et l’utilitaire passeront de 40 à 35%. Pour leur part, les voitures neuves importées montées hors Union européenne passeront de 32,5 à 27,5%, pour arriver à 25 en 2011. A l’horizon 2012, ces véhicules passeront à 17,5%. Par ailleurs, les articles (pièces de rechange et intrants CKD) baisseront de 17,5 à 10% dès janvier prochain. Ils devront atteindre à 5% en 2010 avant d’arriver à 2,5% en 2011 et 2012. Ce sont là autant de modifications tarifaires qui sont de nature à réduire le différentiel de taxation. L’enjeu pour le volet industriel (pièces de rechange et autres intrants) est d’offrir plus de valeur ajoutée pour arriver in fine à une baisse des prix sur le produit fini. Sauf que, selon des experts, la réduction du différentiel de taxation peut se traduire aussi par «une déviation de notre commerce au profit de pays ayant des préférences tarifaires». Par conséquent, entraîner un renchérissement du coût des matières premières (en devises) et, par ricochet, une perte de compétitivité des entreprises. La conclusion d’accords de libre- échange (ALE) avec plusieurs pays prévoit aussi des exonérations des droits d’importation d’abord avec les pays arabes, suivi d’un démantèlement à l’horizon 2012 avec l’UE et en 2013 avec la Turquie et les Etats-Unis. La tendance est d’aller vers «une réforme tarifaire globale qui tiendrait compte aussi bien du degré de progressivité des produits dans le secteur industriel que de la réduction du différentiel de taxation entre les pays signataires d’un accord de libre-échange avec le Maroc et le reste du monde», souligne Abdelouahed Rahal, chef de service de l’industrie mécanique au ministère de l’Industrie et du Commerce. L’adhésion du Maroc à l’Organisation mondiale du commerce impliquerait aussi, dans le cadre des négociations en cours, une réduction des droits d’importation. Lesquels pourraient se situer à terme entre 20 et 25%.Les importateurs des véhicules de tourisme en provenance de l’UE payent 13% de droits de douane à l’import et arriveront à 0% en 2012.


Atouts ou menaces?

De l’avis de plusieurs observateurs, la baisse des droits de douane sur la pièce de rechange constitue plus une menace qu’un atout pour les équipementiers locaux. D’autant plus que dans le contexte international de crise, de nombreux équipementiers enregistrent des baisses considérables dans leurs bons de commandes. «Nous allons avoir une courbe en chute qui devrait repartir en croissance», a annoncé récemment Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie et du Commerce.Constat mondial: les donneurs d’ordre réduisent leur capacité de production. Par conséquent, l’on parle déjà de baisses considérables au Maroc «dans le secteur de la production qui est de 20 à 40%». Une conséquence directe, dit-on, de la révision à la baisse des objectifs de ventes des donneurs d’ordre. Rappelons que des fermetures d’usines sont annoncées en série, et les constructeurs se voient contraints de déstocker et brader leurs produits haut de gamme à coups de promotions. Les dépôts de stockage sont partout surchargés. A tel point que certains constructeurs vendent à prix coûtant. Ce qui explique la pléthore des promotions alléchantes, l’effort marketing, les ristournes... En Angleterre, c’est la carte des ventes couplées qui est de rigueur. Cardoen propose en effet un pack de 2 voitures au prix d’une!A. R.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc