×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Grogne des chauffeurs de taxi à Casablanca

Par L'Economiste | Edition N°:1169 Le 21/12/2001 | Partager

. Le syndicat des chauffeurs de taxi, affilié à l'UMT, menace de mener un mouvement de grève. Les discussions ont démarré avec la Wilaya de CasablancaC'est le ras-le-bol chez les taximen casablancais. Ils menacent de mener un mouvement de grève. La liste de leurs revendications est longue. La date devait être connue hier, jeudi 20 décembre, au cours d'une conférence de presse organisée par l'Union Syndicale du Transport Routier (USTR) -Syndicat des chauffeurs de taxi- affiliés à l'UMT. Mais à l'heure où nous mettions sous presse, la conférence n'avait pas encore démarré. Mais d'ores et déjà, des discussions avec la Wilaya de Casablanca ont été entamées. Une réunion s'est en effet tenue hier avec les responsables du syndicat. Et une autre rencontre est programmée aujourd'hui 21 décembre 2001 pour la poursuite des pourparlers. Surtout qu'une grève de taxi risque de paralyser la métropole.Pour l'essentiel, les chauffeurs des petits et grands taxis s'élèvent contre l'anarchie que connaît le secteur. Celui-ci n'obéit à aucune politique ou stratégie et reste peu structuré. De même, le laxisme qui a prévalu jusque-là dans l'octroi des agréments ne l'a pas non plus servi. Aujourd'hui, une seule personne peut être en possession de plusieurs agréments à la fois. En revanche, une grande majorité des propriétaires et chauffeurs de taxi, dont c'est l'occupation principale, n'en disposent pas. Aussi doivent-ils les louer moyennant une somme mensuelle de 2.500 à 3.000 DH pour les petits taxis. Pour l'heure, l'un des grands maux dont souffrent les chauffeurs de taxi est la concurrence déloyale des sociétés de transport touristique. Le syndicat souligne que “les autorités veulent les intégrer dans le secteur en violation avec la loi”. Pour les responsables de l'UMT, les sociétés de transport touristique ne respectent pas les cahiers des charges et piétinent sur le terrain des petits et grands taxis. L'USTR, qui s'indigne contre le mutisme observé jusque-là par les autorités vis-à-vis de leurs revendications, estime “qu'il est temps d'organiser ce secteur. D'autant qu'il faut protéger les 20.000 emplois qu'il compte”. Parmi les points contenus dans le cahier revendicatif, figure aussi le contrôle des taxis qui circulent sans autorisation. Les taximen indiquent également que la carte grise devrait être au nom du propriétaire du véhicule et non de la personne qui possède l'agrément. Le syndicat souligne que la situation qui prévaut actuellement pose problème en cas de décès du propriétaire. Autres revendications, l'amélioration de l'infrastructure routière et de l'éclairage public. Les chauffeurs de taxi réclament aussi la mise en place de plus de stations.


Tarif: 200 DH

La nouvelle liaison que la CTM compte assurer entre l'aéroport et le centre-ville de Casablanca est également mal perçue par les chauffeurs de taxi affiliés à l'UMT. Pour eux, la CTM livrera une véritable concurrence aux grands taxis, essentiellement sur le plan des prix. Et les chauffeurs de taxi qui assurent la liaison moyennant un tarif de 200 DH craignent sérieusement pour leur chiffre d'affaires. Une chose est sûre, ils comptent bientôt se pencher sur ce dossier. K. M.


. En bref. Agadir• 261 inscriptions au Registre de Commerce Quelque 223 personnes physiques et 38 personnes morales ont été inscrites au Registre de Commerce en novembre dernier, indique la Délégation de l'industrie et du commerce d'Agadir. Dans son rapport mensuel, la délégation précise que ces inscriptions ont été effectuées auprès des tribunaux de commerce d'Agadir (116), d'Inezgane (102), de Taroudant (35) et de Tata (8). • 103 certificats négatifs délivrés Cent trois certificats négatifs sur 165 demandes ont été délivrés durant le mois de novembre dernier par la Délégation de l'Industrie et du Commerce d'Agadir. Dans son rapport mensuel, la délégation indique que ces certificats concernent les sociétés à responsabilité limitée (SARL) avec 61 accordés sur 89 demandes formulées, suivies des enseignes avec 28 sur 56 demandes et des sociétés en nom collectif (SNC) avec 11 certificats délivrés sur 17 demandes. Pour ce qui est des Sociétés anonymes (SA), les 3 demandes formulées durant novembre ont été satisfaites par la délivrance de certificats négatifs. . Fès• Trois projets de zones touristiques Trois projets de zones touristiques ont été élaborés à Fès dans le cadre de la promotion et de la valorisation du secteur, apprend-t-on auprès de la wilaya de la même ville. Les zones touristiques de «l'Hippodrome-Oued Fès«, de «Wislane-El Borj Sud« et de «Zalagh« ont été sélectionnées récemment, lors d'une réunion consacrée à l'examen d'une étude préliminaire de prospection des sites à potentialité touristique.. Marrakech• Salon international du gaz et pétroleLe Salon international du pétrole et du gaz (MIOG) ouvrira ses portes du 7 au 10 avril 2002 au Palais des Congrès de Marrakech. L'événement sera organisé par IEC Maroc, filiale de CEE Exhibitions et membre d'Expomedia Group. Le salon s'articulera autour de deux axes: l'Upstream (exploration pétrole et gaz) et Downstream (raffinage, transport et distribution de produits pétroliers).
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc