×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Grippe aviaire: Un premier pigeon mort du virus

Par L'Economiste | Edition N°:2220 Le 23/02/2006 | Partager

. Recommandations de l’Afssa concernant les pigeons voyageurs. Morts et cas suspects humains en Asie . L’Afrique tremble - Maroc, Tunisie, AlgérieLes autorités n’ont toujours pas décelé de trace du virus H5N1. Les règles de prudence ont été mises en application. - Un nouveau mort en IndonésieUne Indonésienne de 27 ans décédée mardi 21 février à Jakarta, avait été infectée par la grippe aviaire, selon des tests locaux, a annoncé un responsable du ministère de la Santé. Les causes du décès de la femme doivent maintenant être confirmées par un laboratoire de Hong Kong affilié à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Selon l’OMS, la grippe aviaire a fait dix-neuf morts en Indonésie. - L’OMS informée de 12 cas suspects en IndeL’Organisation mondiale de la santé a été informée mardi de 15 cas suspects de grippe aviaire chez l’homme en Inde, où des dizaines de milliers de volailles ont déjà été abattues depuis l’apparition du virus H5N1. L’OMS a indiqué avoir été informée de 12 cas suspects dans l’Etat du Maharashtra (ouest) chez des patients hospitalisés à la suite de poussées de fièvre et problèmes respiratoires. Trois autres patients ont été hospitalisés dans l’Etat voisin du Gujarat. Les résultats des analyses pratiquées sur les malades devraient être connus dans le courant de la semaine. - Sept personnes soumises à des tests en Malaisie Sept personnes présentant des difficultés respiratoires ont été hospitalisées et soumises à des tests pour déterminer si elles ont contracté le virus H5N1 de la grippe aviaire, a annoncé le 22 février le ministre malaisien de la Santé. Les patients, deux adultes et cinq enfants appartenant à des familles différentes, avaient été en contact avec des volailles infectées, a-t-il ajouté. - Le H5N1 confirmé sur un pigeon en RoumanieLa présence du virus H5N1 de la grippe aviaire dans sa forme hautement pathogène et transmissible à l’homme, a été confirmée le 22 février sur un pigeon dans une région isolée du département de Constanta (sud-est de la Roumanie), a annoncé le ministère de l’Agriculture. «Ce pigeon a été retrouvé mort dans un champ, à quelques kilomètres de Topraisar (sud-est), où un foyer de grippe aviaire a été découvert le 14 février», a-t-il indiqué.- L’Afssa recommande de ne pas nourrir les pigeonsL’Afssa a recommandé le 21 février «de faire respecter l’interdiction de nourrir les pigeons et les oiseaux dans les parcs et espaces publics», pour éviter le risque de propagation du virus à des élevages de volailles. L’Agence française de sécurité sanitaire des aliments suggère également pour les pigeons, cygnes et canards présents dans les parcs publics «d’assurer une surveillance de la mortalité», et pour les professionnels amenés à manipuler les oiseaux morts de le faire «avec des gants et un vêtement dédiés à cet effet». Pour les pigeons voyageurs, appelés à se déplacer sur de longues distances, l’Afssa «recommande la suspension temporaire des lâchers de pigeons à visée sportive en permettant toutefois éventuellement des volées d’entraînement autour des colombiers mais sous surveillance». - Nigeria: Risque de catastrophe régionale La propagation de la grippe aviaire au Nigeria est «grave et préoccupante» et pourrait être «à l’origine d’une catastrophe régionale», a averti le 22 février l’Organisation de l’Onu pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). «Le virus mortel de la grippe aviaire H5N1 continue à se propager chez les volailles au Nigeria et pourrait être à l’origine d’une catastrophe régionale en dépit des efforts de lutte déployés par les autorités nigérianes», indique la FAO.- Des traces d’influenza sur un cygne en AveyronDes traces d’influenza ont été détectées sur le corps d’un cygne découvert la semaine dernière près de Millau, ont indiqué le 21 février des responsables de la préfecture et de la direction des Services vétérinaires de l’Aveyron. - Des vétérinaires européens les 27 et 28 février à ParisLes responsables des services vétérinaires d’une cinquantaine de pays européens doivent se réunir les 27 et 28 février à Paris au siège de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pour tenter de définir une stratégie commune face à l’extension du virus aviaire H5N1. Des spécialistes de pays voisins comme l’Azerbaïdjan, l’Iran et la Syrie, ainsi que le ministre de l’Agriculture du Koweït participeront également à cette réunion, au cours de laquelle les stratégies mises en place pour contrer l’expansion du H5N1 seront examinées. - Les zoos européens protègent leurs oiseauxVigilance, contrôles et confinement, voire même vaccination comme en Belgique et aux Pays-Bas: les zoos européens protègent leurs oiseaux, des flamants roses aux rapaces, face à la menace de la grippe aviaire sans fermer, pour l’heure, leurs portes au public. Les principaux zoos de Belgique vont vacciner cette semaine des centaines d’oiseaux, même si le pays n’a pas encore enregistré de cas de virus H5N1. - Berlin table sur une propagation rapide en AllemagneLe ministre allemand de l’Agriculture Horst Seehofer s’attend à ce que le virus de la grippe aviaire demeure «un certain temps» en Allemagne et se propage «dans d’autres régions» du pays, dans un entretien à la presse publié le 22 février. La Commission de l’Agriculture du Bundestag (chambre basse du Parlement) doit discuter dans la journée des mesures de protection à prendre au cours d’une réunion extraordinaire à Berlin. Le président de la conférence des ministres régionaux de l’Agriculture, Gerry Kley, va y proposer de garantir aux autres pays de l’Union européenne l’accès à une partie de la réserve allemande de médicaments antiviraux afin de contenir la propagation de l’épidémie en cas d’une éventuelle transmission d’homme à homme.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc