×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Grand débat sur le gouvernement de l’Union africaine

    Par L'Economiste | Edition N°:2561 Le 03/07/2007 | Partager

    . Kadhafi a boudé l’ouvertureLES chefs d’Etat et de gouvernement des 53 Etats membres de l’Union Africaine (UA) ont commencé à huis clos, hier à Accra, le grand débat sur le gouvernement de l’Union et la constitution des Etats-Unis d’Afrique.Les chefs de délégation, dont le Libyen Mouammar Kadhafi, se sont retrouvés à huis clos dans la grande salle du centre de conférences où s’est ouvert dimanche le 9e Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA.«Les participants ont opté pour un huis clos total, avec le chef de délégation, président ou Premier ministre, plus quatre personnes», a indiqué un membre de l’organisation de l’UA.Selon la même source, la réunion devait commencer par «les présentations des huit chefs d’Etat du Comité de réflexion sur les Etats-Unis d’Afrique».Les présidents d’Algérie, du Gabon, du Kenya, du Lesotho, de Libye, du Nigeria, du Sénégal et de l’Ouganda devaient intervenir chacun avant l’ouverture du débat proprement dit. La réunion doit se poursuivre aujourd’hui matin, avant la clôture du 9e Sommet de l’UA, dont le thème principal est précisément «Les Etats-Unis d’Afrique».Principal partisan des Etats-Unis d’Afrique, le chef de l’Etat libyen, Mouammar Kadhafi, avait boudé l’ouverture du sommet dimanche dernier.Dans les couloirs du sommet, des délégués expliquaient que la tension est grande entre le «Guide» libyen, qui voulait prononcer un discours à l’ouverture du sommet, et les adversaires du projet des Etats-Unis d’Afrique, au premier rang desquels le Sud-Africain Thabo Mbeki.«Il voulait un siège spécial à la tribune et prononcer un discours, alors que cela n’avait pas été prévu initialement. Il s’est fâché, c’est pourquoi il a boycotté la cérémonie», a indiqué hier une source diplomatique africaine. La première journée de l’UA a été marquée par des failles dans l’organisation. Plus de 150 journalistes ont signé une pétition pour se plaindre.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc