×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Fusion Nyse/Euronext: Levée des derniers obstacles

    Par L'Economiste | Edition N°:2425 Le 19/12/2006 | Partager

    . Le groupe acquiert 51% de SecFinexLES groupes boursiers Euronext et New York Stock Exchange (Bourse de New York, Nyse) ont annoncé le 18 décembre avoir reçu le feu vert du ministre néerlandais des Finances Gerrit Zalm à leur fusion, levant l’un des derniers obstacles à ce projet de rapprochement. Les 2 groupes expliquent que Zalm leur a fait part, dans un courrier, de son «intention d’accorder les déclarations requises de non objection» à la fusion des deux groupes, ainsi que «la licence de Bourse» à la nouvelle entité Nyse-Euronext. Le projet Nyse-Euronext avait déjà reçu au début du mois le feu vert des régulateurs boursiers supervisant les marchés d’Euronext, assorti d’une demande d’engagements similaires. Le ministre des Finances a assorti son feu vert de quelques engagements concernant la protection des marchés d’Euronext vis-à-vis des risques  d’extraterritorialité de la règlementation américaine, et le maintien de l’activité, des ressources financières et du cadre de régulation national de la Bourse d’Amsterdam. Le projet Nyse-Euronext avait déjà reçu au début du mois le feu vert des régulateurs boursiers supervisant les marchés d’Euronext, assorti d’une demande d’engagements similaires.Cependant, l’un des actionnaires importants d’Euronext, la banque Dexia, votera contre la fusion d’Euronext avec le Nyse, a indiqué le 18 décembre Axel Miller, administrateur délégué de Dexia, en estimant que d’autres actionnaires vont probablement faire de même. Par ailleurs, le groupe boursier a annoncé le 18 décembre qu’il allait acquérir pour un montant non révélé le contrôle de SecFinex, une plateforme électronique permettant aux établissements financiers de prêter et d’emprunter des titres boursiers.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc