×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

France: Remaniement gouvernemental ce mercredi

Par L'Economiste | Edition N°:3052 Le 23/06/2009 | Partager

. Rachida Dati et Michel Barnier quittent leur poste. La burqa, un signe d’asservissement de la femme, selon SarkozyUN remaniement du gouvernement français aura lieu ce mercredi. Cette annonce a été faite par le président français Nicolas Sarkozy hier lundi devant le Parlement réuni en Congrès. L’hypothèse privilégiée est celle d’un remaniement «a minima», avec peu de changements, à la satisfaction du Premier ministre François Fillon. Selon un haut responsable de la majorité, Nicolas Sarkozy se sent renforcé par le succès de son parti, l’UMP, aux européennes et ne voit dès lors pas l’intérêt de procéder à un chamboulement à mi-mandat. Seule certitude: il devra remplacer deux ministres élus au Parlement européen: Rachida Dati (Justice) et Michel Barnier (Agriculture). Sur un autre volet, Sarkozy a affirmé que la burqa, «signe d’asservissement» de la femme, n’était «pas la bienvenue» en France, dans son discours.La burqa, voile intégral porté surtout en Afghanistan, «n’est pas un signe religieux, c’est un signe d’asservissement» de la femme, a affirmé Sarkozy. «Je veux le dire solennellement. La burqa ne sera pas la bienvenue sur le territoire de la République française», a-t-il ajouté. «Nous ne pouvons pas accepter dans notre pays des femmes prisonnières derrière un grillage, coupées de toute vie sociale, privées de toute identité. Ce n’est pas l’idée que la République française se fait de la dignité de la femme», a-t-il ajouté. Le président s’est prononcé en faveur d’une commission d’enquête sur le port du voile intégral en France, demandée par une soixantaine de députés, une démarche qui a déclenché une nouvelle polémique en France sur la laïcité, un sujet extrêmement sensible dans le pays. Sarkozy a donné hier un coup de pouce à la réforme territoriale en assurant que le nombre d’élus régionaux et départementaux serait réduit. D’autres thèmes ont été abordés par le président dans son discours. Le président a affirmé qu’il ne mènerait pas «une politique de rigueur» pour réduire le déficit public et n’augmenterait «pas les impôts» au moment de la reprise économique. Il a confirmé aussi sa «détermination» à avancer sur la taxe carbone pour taxer la pollution et alléger les charges pesant sur le travail. Sarkozy a annoncé également que le gouvernement qui sera remanié ce mercredi, lancerait un emprunt pour financer les «priorités nationales» et indiqué que son montant et ses modalités seraient définis plus tard. Une concertation de trois mois sera lancée avec le Parlement, les partenaires sociaux, les milieux économiques et culturels, afin de définir ces priorités. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected].com
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc