×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

France Expo
«Le Maroc, une base d’internationalisation»
Entretien avec Jean-François Roubaud, président de la CGPME

Par L'Economiste | Edition N°:3402 Le 10/11/2010 | Partager

. Les échanges commerciaux doivent se dérouler sans charges administratives ou fiscales excessives.. Remplir son carnet de commandes est une préoccupation plus prégnante que l’accès au financementA la tête de la Confédération générale des PME (CGPME), un réseau de 550.000 adhérents et des secteurs variés ainsi que 121 unions territoriales, Jean-François Roubaud affirme que le rôle de son organisation est de faciliter et d’accélérer les échanges. Présent à France Expo, il explique l’approche de la CGPME pour le marché marocain.- L’Economiste: La question des délocalisations vers des pays comme le Maroc a été particulièrement chahutée ces derniers mois en France. Quelle est la position de votre groupement à ce sujet?- Jean-François Roubaud: Il ne fait aucun doute que les délocalisations ont détruit des pans entiers de l'industrie française entraînant des suppressions massives d'emplois. Il y a quelques années, le Maroc était essentiellement un marché de sous-traitance et d'exportation. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. C'est une plate-forme de production qui permet à des PME françaises de sous-traiter une partie de la production sur laquelle elles ne sont pas compétitives pour se recentrer sur celles où elles peuvent apporter une véritable valeur ajoutée. Le Maroc est devenu également une plate-forme de commercialisation internationale. Compte tenu des accords conclus avec les pays du bassin méditerranéen et l'Union économique et monétaire ouest africaine, il a une capacité forte d'interaction avec d'autres marchés donnant ainsi accès à plus d'un milliard de consommateurs.- À l'occasion de France Expo 2010, sur quels axes allez-vous précisément discuter avec vos partenaires marocains?- La CGPME est traditionnellement présente sur les éditions de France Expo car le marché marocain constitue, notamment pour les PME, un marché au potentiel international. Une délégation de PME françaises sera présente comme en 2008. La CGPME se veut être avant tout "un facilitateur" et un "accélérateur d'échanges". L'une des difficultés des PME est d'identifier le bon partenaire. Avec des initiatives telles que "France Expo" et l'appui des opérateurs publics et privés, la CGPME espère faciliter la tâche des PME à l'export. Notre rôle est également de veiller à ce que les échanges commerciaux se déroulent dans de bonnes conditions, sans charges administrative ou fiscale excessives.- Pensez vous que le climat soit propice aux affaires au moment où beaucoup d'entreprises, les PME en particulier, pansent les plaies de l'après-crise?- L'exportation, tout comme l'innovation, constitue un vecteur de croissance pour les PME. Pendant la phase aigüe de la crise, compte tenu d'un marché domestique particulièrement atone, de nombreuses PME ont choisi de se tourner vers l'exportation pour trouver de nouveaux débouchés pour leurs produits. Remplir son carnet de commandes est vital pour une entreprise. C'est une préoccupation qui est même beaucoup plus prégnante que celle liée aux difficultés d'accès au financement.- Vous êtes à la tête d'un réseau de PME françaises avec près de 550.000 adhérents et des secteurs aussi variés que l'industrie, le commerce, les services ou l'artisanat et 121 unions territoriales. Comment arrivez-vous à concilier les intérêts d'une population aussi importante et aussi hétérogène?- Notre Confédération est une organisation interprofessionnelle et à ce titre n'a pas vocation à traiter les problématiques spécifiques à un secteur d'activité sauf à apporter son soutien lorsque le besoin s'en fait sentir. En dépit de la diversité du tissu des PME françaises et grâce au travail conduit par nos commissions spécialisées notamment, nous parvenons à définir des propositions et lignes d'action sur des thématiques transversales qu'il s'agisse, par exemple, de mesures spécifiques en faveur des PME, de développement durable, d'appui à l'exportation, de responsabilité sociétale, d'accès au financement. Nos préconisations sont le fruit d'un travail de concertation avec l'ensemble des professions représentées au sein de la CGPME ce qui nous permet de trouver les consensus appropriés.- Où situez-vous le marché marocain dans vos actions d'animations annuelles?- Compte tenu de sa proximité géographique et des liens historiques et culturels qui lient le Maroc et la France, ce marché constitue depuis longtemps une priorité pour la CGPME.Dans le cadre de notre commission internationale, nous organisons périodiquement des journées d'information en liaison avec le service commercial de l'ambassade du Maroc à Paris, la Chambre française de commerce et d'industrie au Maroc et maintenant avec la nouvelle Agence marocaine de développement des investissements.Ces rencontres nous permettent de faire un point régulier sur les opportunités du marché, les attentes des entreprises marocaines de manière à permettre aux PME françaises d'adapter leur offre. En mai dernier, nous avons réuni plusieurs dizaines de PME dont certaines ont commencé à développer un courant d'affaires au Maroc.Propos recueillis par Khadija MASMOUDI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc