×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Détroit: De nouvelles navettes pour les ports du nord

Par L'Economiste | Edition N°:3402 Le 10/11/2010 | Partager

. Ouverture de liaisons entre Motril, El Hoceima et TangerMed. Le port espagnol veut profiter de la hausse d’activité dans la zone Désormais, des liaisons relieront les ports de TangerMed, d’El Hoceima et le port espagnol, Motril. Il s’agit essentiellement de transport de marchandises. Un accord vient dans ce sens d’être paraphé entre les autorités portuaires de Motril, (Région de Grenade, Andalousie) et les deux ports marocains. L’infrastructure portuaire casablancaise est aussi partie prenante. L’accord prévoit la création de nouvelles lignes de connexion entre ces différentes platesformes maritimes ainsi qu’un développement des échanges et de la coopération. Pour le port de Motril, il s’agit de miser sur les ports marocains pour retrouver la forme. En effet, ce port de taille moyenne a grandement souffert de la morosité conjoncturelle des dernières années, selon ses responsables. Avant, le port assurait le passage des matériaux en vrac, essentiellement du matériel de construction. Actuellement le port s’active dans l’export de la biomasse, un dérivé des huileries d’olive qui est utilisé comme carburant. Depuis octobre 2009 le port espagnol a démarré l’activité du trafic de conteneurs. D’où l’intérêt d’ouvrir des connexions avec le complexe portuaire de TangerMed. Une alternative pour les exportateurs et industriels de la région de Grenade d’éviter le goulot d’étranglement qui menace le port d’Algésiras. Le port de Motril se positionne afin de récolter sa part de gâteau de l’implantation croissante d’industriels espagnols dans le Maroc, essentiellement avec le projet de Ditema (Settat). Sur ce trafic, le port de Motril espère profiter de l’encombrement relatif que connaît actuellement le port d’Algésiras. Motril peut être une plateforme pour la réparation des gros bateaux mais aussi pour des opérations anodines tels que les changements d’équipage. Des activités difficiles à assurer au port d’Algésiras, qui connaît un trafic maritime intense. De plus, ce dernier a pris du retard et n’a pas développé sa capacité d’accueil. Les nouvelles installations projetées ne seront opérationnelles que dans quelques années, ce qui ouvre la porte à l’émergence d’outsiders tels que les ports de Malaga et de Motril.De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc