×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Forum de l’eau: Les ministres en conférence avant la clôture

Par L'Economiste | Edition N°:2239 Le 22/03/2006 | Partager

. Le monde célèbre aujourd’hui la Journée mondiale de l’eau. Le PNUE tire la sonnette d’alarme sur pénuries d’eau, pollution et surpêchePlus d’une centaine de ministres de l’eau ou de l’environnement ont participé à partir de mardi 21 mars à la conférence ministérielle du 4e Forum mondial de l’eau, qui s’achève aujourd’hui 22 mars par leur déclaration commune.Ils doivent s’associer, comme beaucoup d’entre eux l’ont déjà fait depuis l’ouverture du Forum le 16 mars, aux différents débats sur l’eau avec d’autres acteurs: six thèmes ont été retenus, dont le financement des initiatives locales, les processus de décentralisation et la participation de la société civile et le transfert de technologies.Un «Appel de Mexico» en faveur des femmes devait également être lancé mardi par les ministres française Nelly Olin, ougandaise Maria Mutagamba, tchadienne Outman Djamé et burkinabé Salif Dialo, qui rappellera que, dans de nombreuses sociétés, la corvée d’eau incombe exclusivement aux femmes qui y consacrent de trois à quatre heures par jour. Les ministres se retrouvent aujourd’hui en conférence pour publier leur déclaration qui pourrait, pour la première fois, mentionner explicitement le droit d’accès à l’eau pour tous, sujet escamoté lors du précédent forum à Kyoto en 2003 et insister sur le rôle des autorités publiques locales dans la gestion et la maintenance du service de l’eau (adduction et assainissement).Le Forum de Mexico, dont la clôture coïncidera avec la célébration de la Journée mondiale de l’eau, réunit près de 13.000 participants. Les travaux organisés en plusieurs dizaines de sessions quotidiennes donnent lieu à une série de recommandations sur le financement des infrastructures, la priorité absolue des systèmes d’évacuation et de traitement, la gestion de l’eau par bassins fluviaux pour son meilleur usage ou la place du secteur privé dans les projets de développement.Par ailleurs, les pénuries d’eau douce, la pollution et la surpêche vont intensifier les dégâts environnementaux au cours des quinze ans à venir, estime un rapport sur les ressources mondiales en eau établi à l’initiative du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).Différents phénomènes, tels que l’affaiblissement de débits fluviaux dus à des détournements de cours d’eau, la pollution et la surexploitation des ressources halieutiques, s’amplifieront dans de nombreuses régions du monde d’ici 2020, avertissent les 1.500 experts qui ont contribué à ce rapport.Avec les pertes de terres arables et les dommages aux zones de pêche, la malnutrition et la maladie se répandront, indique ce rapport sur «L’évaluation mondiale des eaux internationales» publié mardi 21 mars. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc